Deux Femen ont interrompu les festivités d'ouverture du Carnaval de Québec.

Femen au Carnaval : Guérette contre, Lemieux discrète

Anne Guérette déplore l'intervention des deux militantes du groupe féministe Femen qui, vendredi, ont fait irruption, seins nus, pour dénoncer le couronnement de la reine du Carnaval et le concept des duchesses. La conseillère d'Équipe Labeaume Julie Lemieux s'est toutefois faite moins bavarde, estimant que «c'est leur choix».
«En tant que femme, honnêtement, je n'apprécie pas leurs façons de manifester leur mécontentement. Je n'adhère pas à cette façon de faire», a dit Anne Guérette, de Démocratie Québec, à propos des Femen.
Vendredi soir, deux jeunes femmes ont perturbé la cérémonie du couronnement de la reine du Carnaval, Mélissa Dumont. Seins nus avec sur leur torse l'inscription «Esclavage stylisé», Laurie-Emmanuelle Chaloux et Morgane Mary-Pouliot ont scandé «Carnaval patriarcal» avant d'être rapidement escortées par la police.
En entrevue dans Le Soleil de dimanche, Morgane Mary-Pouliot a déploré que les duchesses soient des «objets comme dans l'ancien temps» pour «publiciser le Carnaval et vendre le plus de Bougies possible». «Des belles filles, ça vend plus que des hommes apparemment», disait-elle.
Or, en s'en prenant au concept des duchesses, les Femen se trompent de cible, estime Anne Guérette, politicienne depuis 2007.
«Ce ne sont pas des cocottes»
«Les duchesses sont de belles jeunes femmes brillantes, solides, qui ont des projets pour l'avenir. Ce ne sont pas des cocottes», a-t-elle illustré. «Ce sont des femmes intelligentes et j'en suis très fière», a poursuivi Mme Guérette, qui voit dans le concept des duchesses une façon de s'engager sur la place publique.
«Je souhaite que les femmes prennent leur place dans la société. Partout, sur les conseils d'administration, en politique... C'est trop facile d'enlever son chandail en public. Retrousse-toi les manches et viens travailler avec nous autres!» a lancé Mme Guérette à l'intention des Femen.
Questionnée sur ce coup d'éclat qui a fait jaser, la vice-présidente du comité exécutif, Julie Lemieux, a pour sa part été avare de commentaires.
«C'est la liberté», a-t-elle lancé avec un sourire. «C'est leur choix.»
***
Une absence remarquée
ll aurait été «souhaitable» que Régis Labeaume assiste au lancement du Carnaval vendredi, selon le chef de l'opposition à l'hôtel de ville, Paul Shoiry, qui n'a pas caché sa déception.
«J'aurais aimé le voir là. C'est un leader fort, le maire, et le tourisme d'hiver est important», a-t-il commenté avant le conseil municipal de lundi. Un conseil auquel n'a d'ailleurs pas assisté le maire, retenu à New York en raison du mauvais temps. Il s'y trouvait à l'issue d'un voyage privé pour assister au Super Bowl à East Rutherford, au New Jersey. Une raison qui ne justifie pas son absence au lancement du Carnaval, estime M. Shoiry.
«J'ai écouté le Super Bowl, mais c'était dimanche soir, ce n'était pas vendredi. Moi, vendredi soir, j'étais au Carnaval. C'est possible de marcher et mâcher de la gomme en même temps», a lancé M. Shoiry.
La vice-présidente du comité exécutif, Julie Lemieux, a pour sa part qualifié cet épisode de «tempête dans un verre d'eau» et s'est portée à la défense de son chef. «Le Carnaval dure quand même un bon moment et il va être sur le terrain», a-t-elle dit en mentionnant que M. Labeaume assistera notamment au Bal de la reine et au défilé de Charlesbourg.