Selon ce qu'a appris l'ex-directeur des services maritimes de la Société des traversiers du Québec, Pierre-Paul Desgagnés, le problème du F.-A.-Gauthier concerne actuellement l'alimentation en carburant.

F.-A.-Gauthier : une séance d'information pour les journalistes recommandée

Une seule recommandation a émané de la première rencontre entre le nouveau ministre des Transports et le président-directeur général de la Société des traversiers du Québec (STQ) : organiser un «briefing technique» pour les journalistes.
Depuis quelques semaines, les ennuis mécaniques du nouveau traversier F.-A.-Gauthier font la manchette. Interrogé cette semaine, Jacques Daoust avait promis d'en discuter lors d'un tête-à-tête déjà planifié avec le grand patron de la STQ, Jocelyn Fortier, vendredi matin. Le ministre a demandé à son adjoint parlementaire Ghislain Bolduc d'être présent pour prendre le dossier en main.
C'est Mélissa Turgeon, attachée de presse du ministre, qui a donné un court compte rendu de la rencontre, qualifiée de «premier contact». «On a compris que c'est extrêmement complexe, très technique comme dossier», a-t-elle fait savoir vendredi. D'où l'idée de tenir une séance d'information pour les journalistes «pour qu'on soit tous sur la même longueur d'onde».
Cela sera fait «prochainement», a indiqué la porte-parole de la STQ, Maryse Brodeur.
Alors que l'opposition réclame une intervention du vérificateur général, aucune demande précise n'a été formulée par le gouvernement à la STQ. «Le ministre est en poste depuis deux semaines maintenant et il prend connaissance de ses dossiers», a souligné Mme Turgeon.
Plus tôt cette semaine, M. Daoust a relativisé l'importance de la centaine de bris répertoriés depuis la mise en service du F.-A-Gauthier, affecté à la traverse Matane-Baie-Comeau-Godbout. Il s'est toutefois montré agacé par le fait que le navire fonctionne au diesel marin plutôt qu'au gaz naturel liquéfié depuis plusieurs mois, ce qui augmente les coûts et la pollution.