Le sergent Patrick Barrière du Service de police de l’agglomération de Longueuil a refusé d’identifier les victimes ou de confirmer qu’il s’agissait de «personnalités».

Espionnage de cellulaires de vedettes: un résident de Québec arrêté

Le Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL) a procédé à l’arrestation de Pascal Desgagnés, un résident de Québec âgé de 45 ans, «dans le dossier de vol de données cellulaires».

Mardi, TVA Nouvelles rapportait que des dizaines de personnalités auraient été espionnées sur leur téléphone, dont plusieurs artistes et des joueurs du Canadien de Montréal.

Lors d’un point de presse mercredi après-midi, le sergent Patrick Barrière a refusé d’identifier les victimes ou de confirmer qu’il s’agissait de «personnalités».

Le suspect fait face à des accusations de vol d’identité, fraude à l’identité, méfait à l’égard de données informatiques, utilisation non autorisée d’ordinateurs et utilisation frauduleuse de mots de passe.

Pas de «pertes financières»

Selon la police, les victimes «n’auraient subi aucune perte financière» et le porte-parole du SPAL a indiqué que le suspect utilisait «des quantités très importantes de données» à des «fins personnelles», sans offrir de précisions sur la nature des données.

«Ce sont des choses qui seront dévoilées au procès, au moment où on se parle, il utilisait les données à des fins uniquement personnelles», a mentionné le sergent Patrick Barrière.

La police n’a pas non plus l’intention d’expliquer le modus operandi du suspect pour «ne pas encourager d’autres méfaits».

Plusieurs perquisitions ont eu lieu au domicile du suspect, sur des sites Web, sur des tours d’ordinateur ainsi que sur d’autres dispositifs informatiques.

Le SPAL a entrepris cette enquête en mai 2018 après le dépôt d’une plainte par une présumée victime.

Toujours selon la police, les victimes ne se connaissent pas et certaines sont américaines.

Le sergent Patrick Barrière a tenu à mettre en garde le public contre le vol de données personnelles.

«Le risque zéro n’existe pas, à partir du moment ou des données personnelles sont entreposées sur des supports informatiques, il y a toujours des risques», a-t-il fait valoir.

L’enquête du SPAL a été menée en partenariat avec la Sûreté du Québec.

Quant à Pascal Desgagnés, il demeurera détenu jusqu’à sa comparution prévue jeudi à Québec.