Le maire de Québec, Régis Labeaume, a l'intention de montrer au monde les technologies qu'on a appliquées à la Cité verte.

Une vitrine technologique à la Cité verte

La Ville de Québec utilisera les installations de la Cité verte comme vitrine technologique afin d'inspirer d'autres villes qui voudraient faire du développement écoresponsable.
Mardi, le promoteur du projet d'écoquartier, SSQ Groupe financier, a remis entre les mains de la Ville les clés des diverses infrastructures qu'elle a bâties. Les rues asphaltées et éclairées avec une approche écologique, le réseau souterrain d'infrastructures publiques, le parc près de la falaise, la piste cyclable et piétonnière, des bassins de rétention d'eau de pluie ainsi que le système innovateur de collecte sélective des matières résiduelles et le terminal automatisé seront désormais sous la gouverne de la municipalité, qui assurera leur entretien.
L'écoquartier utilise aussi un système de chauffage très sophistiqué qui ne produit aucun gaz à effet de serre.
Le maire de Québec, Régis Labeaume, a l'intention de montrer au monde les technologies qu'on a appliquées à la Cité verte. Il prévoit organiser un sommet où on invitera les villes d'Amérique du Nord pour constater ce qui se fait ici.
«Je ne suis pas sûr qu'on va être capable d'aller aussi loin dans les écoquartiers de la Pointe-aux-Lièvres et de D'Estimauville, mais on pourra dire que la référence est ici», a-t-il fait valoir. Car les subventions gouvernementales obtenues grâce au projet de vitrine technologique ont permis à la SSQ de ne pas ajouter de surprime sur le prix des condos, a révélé le pdg de SSQ Groupe financier, René Hamel. Sans subvention, cela ne sera pas possible dans les deux autres écoquartiers. Les logements doivent demeurer abordables, a rappelé le maire.  Stéphanie Martin