Une tornade à Pont-Rouge

La sixième tornade de la saison au Québec a touché le sol à Pont-Rouge, vers 16h30 jeudi. Elle était accompagnée de vents de 150 km/h, de grêle de la taille d'une balle de ping-pong et de pluie intense.
L'événement météorologique a été confirmé par Environnement Canada en soirée.
Mathieu Bordage, chasseur de tempêtes, était en plein coeur de la tornade lors de son passage à Pont-Rouge. «On ne pouvait pas voir la tornade, car elle était enveloppée par la pluie. C'est encore plus dangereux», a-t-il expliqué au Soleil. Ce dernier observait le mur nuageux se profiler à l'horizon au-dessus de Portneuf. «C'est la première étape d'une formation d'une tornade.» Il a ensuite observé une forte rotation de la structure nuageuse. «C'est la première fois que je voyais une rotation comme ça au Québec», a ajouté celui qui a aussi chassé une vingtaine de tempêtes aux États-Unis.
Selon la Ville de Pont-Rouge, une vingtaine de résidences ont été touchées par la tempête. Mais d'après Environnement Canada, une seule s'est réellement retrouvée dans le corridor de la tornade. Le toit de cette maison a été soulevé et partiellement arraché, alors qu'un cabanon se trouvant sur le terrain a été déplacé. De nombreux arbres ont aussi été déracinés, a confirmé Julie Deshaies, météorologue pour Environnement Canada.
Dans son bilan, Jacques Bussières, directeur général de la Ville de Pont-Rouge, n'a fait état d'aucun blessé. Il confirme toutefois qu'au moins une résidence de la municipalité a été jugée «inhabitable» par les représentants de la Sécurité civile dépêchés sur les lieux. «La moitié de la Ville a été coupée d'électricité», a-t-il aussi signifié. Les abonnés ont tous été rebranchés vers 18h20, à l'exception du secteur plus fortement touché. Hydro-Québec devait s'occuper de réparer ses lignes durant la nuit.
Bon an, mal an, six ou sept tornades frappent le Québec. Six ont déjà été répertoriées cette année, dont une EF2 dans la nuit du 8 au 9 juillet, à Saint-Fabien-de-Panet.
Mais on ne peut pas encore parler d'un été mouvementé comparativement à l'année 1994, où 15 tornades avaient été répertoriées, dont une F3, à Aylmer.