Le groupe Une île, une vision a commandé un sondage pour prendre le pouls de la population quant à une éventuelle fusion des six municipalités qui forment l'île d'Orléans.

Une autre microrafale à l'île d'Orléans

Le temps orageux de lundi après-midi a amené la formation d'une microrafale qui a frappé l'Île d'Orléans vers 16h, sans toutefois causer trop de dommages aux propriétés des résidents.
Denis Larochelle, météorologue à Environnement Canada, parle d'une rafale de 47 noeuds, soit environ 85 km/h, très soudaine et très localisée dans un rayon d'un à deux km de la station météorologique de l'Île d'Orléans.
«Ces rafales frappent de façon très localisée, sous les nuages, et sont le résultat des courants descendants qui accompagnent les orages. Elles surviennent quand la pluie rabat l'air qui est en altitude vers le sol», explique-t-il en précisant que la région de Québec, le Sud et le centre du Québec avaient été en veille d'orages violents toute la soirée de lundi.
À Saint-Jean-de-l'Île-d'Orléans, le maire Jean-Claude Pouliot a déclaré qu'aucun dommage majeur n'avait été causé par le phénomène météorologique, outre deux voitures abimées par la chute d'une branche d'arbre. Du côté de Saint-François, la mairesse Lina Labbé abondait dans le même sens. «Ça a brassé un peu, des chaises de parterre ont été déplacées, mais il n'y a pas eu beaucoup de dégâts», conclut-elle.
Les résidents de la ville de Lévis, qui se trouve dans le même corridor, pourraient aussi avoir ressenti les effets de la microrafale, mais pas avec la même force.
Le 11 juillet, une microrafale avait frappé la pointe ouest de l'Île d'Orléans, renversant plusieurs arbres sur son passage dans le village de Sainte-Pétronille.