Froid glacial sur le fleuve Saint-Laurent, près de Québec.

Un réveil froid et historique à Québec mercredi matin

Il n'avait jamais fait aussi froid à Québec que mercredi matin, du moins depuis qu'il est possible de compiler les données météorologiques... en 1941.
La capitale s'est réveillée frigorifiée, mercredi, figée à - 36,7 °C entre 7h et 8h, température enregistrée à l'aéroport international Jean-Lesage.
Selon MétéoMedia, il s'agit non seulement d'un record pour un 14 janvier, mais aussi d'une marque «absolue». La précédente marque datait de 1962, année où le mercure avait dégringolé à-36,1 °C le 2 février.
Si MétéoMedia l'a annoncé sans réserve, le record n'a toutefois pas encore été confirmé par Environnement Canada, puisque les deux stations climatologiques implantées à l'aéroport de Québec n'ont pas enregistré les mêmes résultats, a indiqué le météorologue Bruno Marquis.
Une première station, automatique, a capté la marque frissonnante de - 36,7 °C. Pourtant, à quelques centaines de mètres de distance, une station avec «un observateur humain» a enregistré, au même moment, une température de - 30 °C, une différence de six degrés.
Ajoutant au caractère très local de ce record absolu, le mercure était de - 25,6 °C à l'Université Laval, toujours à la même heure. Les citoyens de Québec n'auraient donc pas tous expérimenté au même niveau le froid mordant de la matinée.
La situation a même soulevé quelques débats chez les météorologues. «On en a discuté entre nous. [L'altitude] peut expliquer des températures différentes. [...] Mais je ne suis pas en mesure de dire que ce n'est pas bon», a expliqué M. Marquis.
Chose certaine, toute la région de Québec se trouve sous une masse d'air arctique. Combiné à des vents quasi inexistants, le phénomène crée de la «fumée de mer», causant parfois un épais brouillard aux abords du fleuve Saint-Laurent. La qualité de l'air s'en ressent également, Environnement Canada ayant décrété une alerte au smog jusqu'à jeudi matin.