Le président-directeur général de la société pétrolière québécoise Pétrolia, Alexandre Gagnon

Ultime tentative de citoyens de Gaspé pour stopper Pétrolia

Un comité de citoyens de Gaspé demande au ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, de révoquer le permis de forage de Pétrolia pour son projet Haldimand n° 4, à Gaspé.
Cette requête, signifiée par lettre vendredi, est une ultime tentative du comité Ensemble pour l'avenir durable du grand Gaspé pour stopper Pétrolia, moins de deux semaines avant le début du forage.
«C'est en train de se faire sans respect des citoyens, en demandant à la population de servir de cobayes, déclare la présidente Lise Chartrand. Selon les informations, les avis d'experts que nous avons, le développement pétrolier n'a pas sa place dans le secteur Sandy Beach/Haldimand», poursuit-elle.
Le groupe craint notamment pour la qualité de l'eau souterraine. Le méthane trouvé dans des puits d'observation à Haldimand viendrait d'hydrocarbures en profondeur, indique un avis commandé par le comité à l'ingénieure géologue Chantale Savaria.
Ce méthane «indique la présence de fractures [naturelles] pouvant causer la contamination de l'eau souterraine par le gaz provenant du pétrole en profondeur», écrit Mme Savaria, qui a déclaré récemment que de nouveaux forages vont «accentuer» le problème.
Le comité Ensemble attend une réponse du ministre Arcand au plus tard jeudi.
Par voie de communiqué, Pétrolia a fait savoir qu'elle forera à partir de la mi-novembre. «La foreuse, déjà sur place, est opérationnelle et l'équipe de forage est attendue dans les prochains jours.»
Démarche
En entrevue au Soleil, le président-directeur général de Pétrolia, Alexandre Gagnon, dit «comprendre» la démarche du comité Ensemble et de sa présidente. «J'imagine qu'elle comprend la nôtre de vouloir poursuivre nos travaux.»
Haldimand n° 4 sera un forage horizontal de 2650 mètres de longueur, sans fracturation, situé à 350 mètres de maisons et à 800 mètres de puits d'eau potable.
Pétrolia possède son permis de forage depuis juin 2012. Un règlement adopté par la Ville de Gaspé l'avait ensuite empêché de mener ses travaux. L'adoption d'un règlement provincial en juillet a rendu caduc celui de Gaspé et a eu l'effet d'un feu vert à Pétrolia.