Benoit Saint-Hilaire a déposé la pétition de 25 000 signatures à la mairesse de Cacouna, Ghislaine Daris (à droite).

Terminal pétrolier à Cacouna: les citoyens refusent et signent une pétition

Le conseil municipal de Cacouna a refusé lundi soir de se prononcer clairement pour ou contre le projet de terminal pétrolier à Gros-Cacouna du promoteur Énergie Est (TransCanada) alors que le Regroupement Vigilance Hydrocarbures Québec déposait une pétition de plus de 25 000 signatures provenant de citoyens de tout le Canada et d'ailleurs dans le monde qui dénoncent le projet.
«On suit le projet qui n'est pas encore présenté [...] On ne l'appuiera pas à n'importe laquelle condition [...] S'il y a à avoir un référendum, il y aura un référendum. Je ne suis pas rendu là», a soutenu Ghislaine Daris, mairesse de Cacouna, sans s'engager, devant le barrage de questions qui lui étaient adressées par les écologistes. Une soixantaine de citoyens ont assisté à cette assemblée.
La municipalité compte éventuellement signer un protocole d'entente avec le promoteur TransCanada après avoir consulté leur conseiller juridique. «On prend un avis légal sur la résolution qu'on se doit de faire pour appuyer ce projet. On ne veut pas engager financièrement les citoyens de Cacouna à payer pour des incidents et des accidents dus à des déversements. Nous voulons aussi la création d'un fonds pour ne pas payer pour ces incidents. On veut être prudent», a précisé la mairesse. Une réunion sera convoquée en octobre par le conseil municipal pour consulter la population de Cacouna.
Favorables
Historiquement, les Cacounois se sont déjà montrés favorables à de grands projets énergétiques. En 2005, ils avaient appuyé majoritairement le projet de construction d'un terminal méthanier dans une proportion de 57,2 %, supportée par un taux de participation de 75 % des électeurs inscrits. «Vous seriez surpris du résultat d'un nouveau référendum», a lancé le conseiller Gilles D'Amours.
Le bruit et l'agitation que créeront les travaux préparatoires, la construction, l'aménagement et le fonctionnement du port mettront en péril la pouponnière des bélugas du Saint-Laurent, mais aussi toute la faune et la flore du fleuve Saint-Laurent, ont soutenu les écologistes qui ont demandé au conseil municipal de tenir compte autant des questions scientifiques et environnementales qu'économiques.
Le terminal de Gros-Cacouna fait partie d'un vaste projet pétrolier basé sur l'exportation. L'oléoduc d'Énergie Est, d'une longueur de 4600 kilomètres, transportera environ 1,1 million de barils de pétrole brut par jour de l'Alberta et de la Saskatchewan vers des raffineries de l'est du Canada et les ports pétroliers de Gros-Cacouna et de Saint-John au Nouveau-Brunswick.
Selon les chiffres cités par le promoteur, les trains affichent 25 fois plus d'accidents que les oléoducs, et les camions 3000 fois plus.
Lors d'un sondage effectué ce printemps par Le Soleil, la majorité des maires de la MRC de Rivière-du-Loup étaient plutôt indécis au sujet de la tenue possible d'un référendum sur le projet (trois pour, cinq contre, et trois n'avaient pas exprimé d'opinion).