Comme le démontre la carte ci-dessus, à l'échelle planétaire le mois dernier a été le deuxième février le plus chaud (zones rouge et jaune) jamais enregistré, mais le Québec a été «épargné» par la tendance générale, subissant des températures de quelques degrés plus froides (zone bleue) que la normale.

Temps froid: le Québec toujours seul au monde en février

Quand ça va mal, décidément... Pour un deuxième mois consécutif, le Québec s'est retrouvé au «mauvais endroit, au mauvais moment» en février, quand la Belle Province s'est avérée être un des seuls endroits au monde à connaître des températures nettement sous les normales.
D'après les plus récentes données publiées par la NASA, le mois dernier a été le deuxième février le plus chaud jamais enregistré, avec une température à l'échelle du globe de 0,79 °C supérieure à la moyenne de 1951-1980. Mais comme le montre la carte ci-dessus, le nord-est de l'Amérique a plutôt connu un mois de février exceptionnellement froid - il a fait presque -18 °C en moyenne à l'aéroport Jean-Lesage.
Question de hasard
Il s'agit-là d'une copie conforme du scénario de janvier qui, à l'échelle planétaire, fut lui aussi le deuxième janvier le plus chaud jamais observé, mais où le Québec fut «épargné» par la tendance générale, subissant des températures de quelques degrés plus froides que la normale.
Notons qu'il n'y a pour l'instant aucune raison de croire qu'il s'agit-là d'autre chose qu'un hasard, une simple «mauvaise séquence». Les cartes de la NASA montrent en effet que, si l'on calcule la moyenne de janvier et de février de 2000 à 2015, l'hiver québécois s'est bel et bien réchauffé par rapport à la période de référence 1951-1980.