Le Ministre des Affaires municipales et de la Sécurité Publique Martin Coiteux et le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, à Saint-Étienne-de-Lauzon, mardi.

Rivière Beaurivage: les évacués retournent à la maison

Les résidents de la trentaine de maisons évacuées à la suite du débordement de la rivière Beaurivage, dans le secteur de Saint-Étienne-de-Lauzon, à Lévis, peuvent rentrer à la maison.

C’est ce qu’a annoncé le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, mardi matin, lors d’un point de presse avec le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux. 

«On s’attend à ce que les coups de pluie qui pourraient venir cette semaine n’aient pas pour effet de répéter le scénario qu’on a vu hier [lundi], a dit le maire Lehouillier. C’est la raison pour laquelle aujourd’hui [mardi] et demain [mercredi], les 37 résidences qui ont été évacuées, il va y avoir un retour progressif». 

Les évacués sont autorisés à réintégrer leurs résidences à mesure que le niveau d’eau est jugé sécuritaire. Des responsables de la Ville sont allés à la rencontre des sinistrés. Ils leur ont notamment donné des conseils d’usage en matière de salubrité.

Mardi, le débit de la rivière Beaurivage s’élevait à 124 m3, alors que le seuil d’inondation minimum est de 216 m3. 

La plupart des secteurs inondés la veille ne l’étaient plus, mardi matin. Pendant que le maire de Lévis et le ministre Coiteux s’adressaient aux journalistes, un groupe d’enfants d’un CPE jouaient dans les modules du parc Ludger-Bastien, qui était complètement inondé le jour d’avant. 

De l’autre côté de la Beaurivage, sur la Route des rivières, André Langlois, qui est bénévole au service d’entraide de Saint-Étienne-de-Lauzon, avait retrouvé son atelier de réparation. L’eau avait laissé le terrain et le bâtiment tranquille. «Ç’a baissé aussi vite que ç’a monté», dit M. Langlois. 

Dans le sous-sol inondé de la maison de Karine Bilodeau, l’eau aussi avait baissé. Évacuée lundi, elle faisait mardi l’inventaire de ses meubles et de ses électroménagers endommagés. Une corvée et des dommages dont la mère monoparentale de trois enfants se serait bien passée. «Je suis tannée, dit-elle. C’est des coûts importants».  

Vigilance maintenue

Ailleurs au Québec, la crue printanière a aussi fait de nombreux sinistrés. L’ampleur des inondations est toutefois moins importante que le printemps dernier, alors que plusieurs régions de la province avaient subi des inondations sans précédent, a indiqué Martin Coiteux.

Cette année, c’est «des secteurs qui ont connu souvent des inondations par le passé, a dit Martin Coiteux. C’est le cas ici à Lévis, c’est beaucoup le cas en Beauce». 

Sur le site de surveillance de la crue des eaux du ministère de la Sécurité publique, aucune rivière n’atteignait mardi le stade «d’inondation majeure». 

En Beauce, le débordement de la rivière Chaudières a continué d’entraîner des inondations moyennes à Saint-Joseph, Scott et Vallée-Jonction. À Sainte-Marie, la Sécurité publique indiquait une inondation mineure. 

L’absence de pluie depuis plusieurs heures a fait baisser les cours d’eau. «Les précipitations qu’on a eues se sont calmées, a dit le ministre Coiteux. Donc, les niveaux baissent un peu partout au Québec dans toutes les régions qui sont affectées. Mais on reste extrêmement vigilants, il va y avoir d’autres pluies à partir de demain [mercredi]».

Dans la région de Québec, la journée s’annonce grise, mercredi, avec des risques d’averses le matin, de la faible pluie en matinée et de la pluie en soirée.