De nombreuses rues de Québec étaient inondées lundi.

Retour du grand froid et conduite difficile sur les routes du Québec

Le réchauffement aura été de courte durée. Une nouvelle masse d'air arctique a gagné le Québec lundi, entraînant des conditions hivernales difficiles sur les routes.
Outre les avis de tempête hivernale, de refroidissement éolien et de pluie verglaçante, Environnement Canada a aussi servi un avis de refroidissement soudain qui a touché la région de l'Outaouais lundi en milieu de matinée.
Le météorologue André Cantin a précisé que ce phénomène peu fréquent survient une à deux fois par hiver, en moyenne, lorsqu'un front froid marqué entraîne des chutes de températures d'au moins 12 degrés en moins de trois heures.
Les températures reviendront donc se loger à près de moins 20 degrés pour quelques jours encore dans le sud du Québec. Le mercure retrouvera les normales vers la fin de la semaine et pour le week-end à venir.
Sur les routes, les automobilistes du Québec ont dû redoubler de prudence en ce retour au travail après la période des Fêtes.
Transports Québec a émis des avertissements pour la grande région de Québec, où les précipitations mêlées de neige, de verglas et de grésil ont laissé la route 138 dans un état périlleux. De Beaupré jusqu'à Baie-Saint-Paul, et de Baie-Comeau à Port-Cartier, la 138 a été interdite aux camions en raison des pentes importantes qui étaient glacées et glissantes.
Des difficultés sont aussi présentes au Saguenay - Lac-Saint-Jean, où les conditions climatiques rendent le réseau routier périlleux. Dans le Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie, la chaussée est partiellement glacée et enneigée, mais la visibilité est bonne.
Transports Québec a procédé à l'épandage de fondants et d'abrasifs sur une bonne partie du réseau routier, dimanche et lundi, afin de prévenir la présence de glace en vue du refroidissement soudain des températures.
Les conditions climatiques n'ont pas ennuyé que les automobilistes. Certains vols des aéroports Jean-Lesage, à Québec, et Montréal-Trudeau, à Dorval, ont été touchés par des retards ou des annulations. Des passagers ont dû patienter pendant plus de 10 heures, selon les destinations.
La pluie verglaçante dans l'Est canadien a d'ailleurs contraint près de 800 passagers à être déroutés vers Fredericton, tôt lundi. David Innes, président de l'Autorité aéroportuaire à Fredericton, a indiqué que la plupart des vols devaient se rendre à Montréal. Plusieurs voyageurs revenaient de voyages dans les Antilles.
M. Innes a affirmé que les vols incluaient trois avions CanJet transportant environ 190 personnes chacun, arrivés dans la nuit de lundi.
Anne-Sophie Tétreault, de Montréal, a soutenu qu'elle et d'autres passagers avaient dû rester assis à bord de l'appareil à l'extérieur du terminal de Fredericton pendant six heures avant l'arrivée d'employés des douanes.
Mme Tétreault, qui revenait de Cuba avec sa mère et trois enfants, a exprimé sa frustration quant à la manière avec laquelle les passagers ont été traités.
Selon ce qu'elle a relaté, le pilote aurait annoncé à un certain moment un départ prochain, car l'aéroport de Montréal était rouvert, pour apprendre ensuite que l'équipage avait atteint son maximum d'heures travaillées.
CanJet n'avait pas rappelé dans l'immédiat pour commenter.
M. Innes a indiqué que le transporteur avait transféré les passagers de deux vols dans des hôtels locaux pour la journée. La plupart des vols avaient quitté Fredericton lundi en fin d'après-midi, a mentionné M. Innes.
À Toronto, des avions ont été cloués au sol avec des passagers à bord, puisque l'aéroport était bondé et qu'il était impossible d'y accueillir d'autres voyageurs.