Le projet de l’entreprise Questerre, le Clean Gas initiative, vise ultimement à exploiter des réserves de gaz naturel notamment dans les régions de Lotbinière et de Bécancour.

Questerre mousse son projet de «gaz propre»

Une pétrolière albertaine profitera du congrès annuel de l’industrie des hydrocarbures québécoise, qui s’est ouvert dimanche à Mont­réal, pour mousser son «projet de gaz propre» pour le Québec.

Ce projet de l’entreprise Questerre, le Clean Gas initiative, vise ultimement à exploiter des réserves de gaz naturel notamment dans les régions de Lotbinière et de Bécancour. Les visées de la pétrolière coïncident avec la toute récente déclaration du nouveau ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Moreau, selon laquelle le Québec aurait tort de ne pas exploiter ses hydrocarbures et de se priver des revenus qu’ils pourraient générer.

La première étape du projet Clean Gas initiative consiste à préparer une étude exhaustive, tenant compte de tous les impacts du développement de l’industrie du gaz naturel, en se fixant comme objectif de les «réduire dramatiquement», comme l’a résumé le président de Questerre, Michael Binnion, dans une entrevue avec La Presse canadienne. Elle se penchera sur tous les types d’extraction, entre autres la fracturation hydraulique, un procédé controversé qui consiste à fissurer le couvert rocheux à l’aide d’un fluide sous pression pour accéder aux gisements.

Le congrès de l’industrie, regroupée dans l’Association pétrolière et gazière du Québec (APGQ), se déroulera jusqu’à mardi dans un hôtel montréalais et consacrera un atelier au projet de Questerre.

«Ce n’est pas de la promotion, nous faisons de vraies études et de vrais progrès», a affirmé M. Binnion, qui est également président de l’APGQ. 

Il s’agira d’une étude technique et de faisabilité, une démarche «indépendante», a précisé M. Binnion, menée par des ingénieurs, des techniciens, des entreprises de services mandatées par Questerre, qui compileront notamment un vaste corpus de données qui existe déjà, par exemple sur les centaines de puits qui ont déjà été forés au Québec.

À terme, Questerre veut pouvoir ainsi avoir recours à de nouveaux procédés et technologies qui marqueront une avancée significative par rapport aux anciennes.

Acceptabilité sociale

Immanquablement, l’enjeu de l’acceptation par les populations va s’imposer, après des années de controverses sur les gaz de schiste et d’opposition féroce de militants écologistes.

D’entrée de jeu, le dirigeant de Questerre a déclaré que «nous n’irons pas travailler dans les communautés qui ne veulent pas», tout en ajoutant : «Nous serons heureux de travailler avec les municipalités qui sont intéressées par les résultats [de l’étude] et de nous pencher sur les enjeux qui les préoccupent, la qualité de l’eau», etc.

L’organisation écologiste Greenpeace a contesté le bien-fondé de l’exercice de Questerre en plus de le tourner en ridicule. Selon son porte-parole, Patrick Bonin, l’industrie pétrolière veut simplement se donner un «nouveau visage» pour arriver aux mêmes fins, c’est-à-dire extraire les gaz de schiste avec la fracturation hydraulique, une technique bannie dans plusieurs pays.