Comme à l'automne 2012, des résidants de Limoilou ont trouvé de la poussière rouge sur leurs biens à l'extérieur.

Poussière rouge: le député de Limoilou exaspéré du ping-pong

Le député libéral de Jean-Lesage, André Drolet, n'en peut plus du renvoi de balle incessant entre le gouvernement du Québec, le gouvernement fédéral, Arrimage Québec et le Port dans le dossier de la poussière rouge.
Dimanche, le Soleil faisait état de l'existence d'échanges de courriels et de documents en provenance d'Ottawa stipulant qu'il revient au gouvernement provincial de traiter le problème des poussières émanant du port de Québec.
Or, l'entreprise Arrimage Québec, impliquée dans des épisodes de poussières, a toujours soutenu que le problème relevait de la seule compétence du fédéral.
«Ça finit par être un peu enfantin tout ça...», se désole le député de Jean-Lesage, André Drolet. L'élu de Limoilou implore les différents élus et décideurs de mettre de côté la partisanerie et de cesser de rejeter la faute sur autrui. «Il y a quand même des préoccupations importantes. Il faut arrêter de se tirer la balle.»
L'important demeure avant tout de faire en sorte que les citoyens de Limoilou ne se réveillent plus le matin avec de la poussière suspecte dans leurs fenêtres, soutient-il. «Il faut mettre un peu de pression sur les gouvernements respectifs, mettre de la pression sur le système, et que les citoyens soient bien protégés là-dedans», plaide l'élu libéral.
Québec solidaire a décidé dimanche d'aller plus loin que le Parti libéral, implorant le gouvernement québécois «d'exercer sa souveraineté» et de contraindre le Port à «cesser les opérations qui entraînent la diffusion de métaux lourds vers les quartiers environnants».
Arrimage Québec, l'entreprise blâmée par le ministère provincial de l'Environnement, n'a pas souhaité commenter la divulgation de ces documents dimanche. La porte-parole Johanne Lapointe a dit préférer prendre connaissance de l'ensemble des courriels et des échanges dévoilés initialement par le Nouveau Parti démocratique avant de commenter davantage.
La fin de semaine dernière, des citoyens de Limoilou ont à nouveau constaté la présence de poussière rouge dans leur environnement. Arrimage Québec a également reçu un avis de non-conformité pour des poussières dispersées sur le quai 53 et dans le fleuve le 9 janvier.