359 incendies ont été enregistrés depuis le début de la saison, comparativement à une moyenne de 276 feux pour la même période sur les dix dernières années.

Plus de 200 pompiers appelés en renfort au Québec

La Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) a dû faire appel à plus de 200 pompiers canadiens et américains depuis la fin du mois de juin, afin de combattre près d’une soixantaine d’incendies un peu partout à travers le Québec.

Les renforts proviennent surtout des provinces de la Saskatchewan et de l’Alberta, mais aussi du Massachussetts et du Nord-est américain. Parcs Canada a aussi fourni quelques agents supplémentaires à la SOPFEU, qui traverse une période particulièrement occupée et dangereuse. «D’autres [renforts] pourraient s’ajouter dans les prochains jours», assure d’ailleurs l’équipe exécutive. 

Rappelons que la société de protection peut déjà compter sur le soutien non-négligeable des pompiers au Nouveau-Brunswick, à Terre-Neuve-et-Labrador, au New Hampshire et dans le Maine. C’est donc dire que des renforts supplémentaires étaient urgents.

Samedi, l’organisme a enregistré 16 incendies majoritairement dus au passage de la foudre des derniers jours. 

«Le bilan pourrait continuer de s’alourdir», déclare-t-on d’ailleurs dans un communiqué, les conditions météorologiques étant «extrêmes» dans plusieurs régions, dont l’Abitibi-Témiscamingue, l’Outaouais, le Bas-St-Laurent, la Gaspésie, le Saguenay ou encore le Nord-du-Québec.

Forts vents

Certains secteurs particulièrement touchés auraient même enregistré des vents de plus de 40km/h. «Cela rend le travail des pompiers forestiers et des avions-citernes très difficile», explique le groupe pour justifier sa demande renforts. Le Québec a reçu peu de précipitations dans les derniers jours. 

En plus du soutien de ses confrères en Amérique du nord, la SOPFEU se tourne vers la population québécoise, et demande la collaboration des citoyens pour éviter l’allumage de nouveaux brasiers. 

«L’utilisation des foyers avec pare-étincelles est préconisée et les feux d’artifice sont à éviter dans les régions où le danger d’incendie est extrême», prévient-on notamment.

Un grave incendie est actuellement en cours dans le secteur du lac Wilson, à environ 35 km à l’est de Lebel-sur-Quévillon. Hors de contrôle, la superficie du feu est estimée à près de 1000 hectares. 

«La ville n’est toutefois pas menacée, assure-t-on. Toutefois, la fumée qui se dégage de cet incendie pourrait se faire ressentir dans d’autres régions du Québec.»

+

VAGUE D'INCENDIES

Ailleurs sur le territoire provincial, pas moins de 61 incendies sont en activité.

Dans une entrevue avec La Presse canadienne, dimanche, Isabelle Gariépy, de la SOPFEU, a indiqué que 359 incendies ont été enregistrés depuis le début de la saison, comparativement à une moyenne de 276 feux pour la même période sur les dix dernières années. 19 039 hectares ont ainsi été rasés dans la zone de surveillance intensive. 

Mme Gariépy affirme de plus principalement attribuer cette hausse à la chaleur, au temps sec et à la foudre. 

«Par les années passées, il est arrivé que plusieurs cohortes du Québec se rendent soit en Colombie-Britannique, en Alberta ou en Saskatchewan dans des périodes un peu plus calmes de notre côté, souligne Mme Gariépy. Cette année, c'est un peu le contraire qui se produit», a-t-elle conclu.