Plus de 200 collisions et sorties de route

La Ville de Québec, le ministère des Transports, dame Nature, les automobilistes, la glace noire, l'heure de pointe. Les accusés défilent au terme d'une tempête qui a causé des accidents et des fermetures de route plus qu'elle n'en laissait présager.
Les 10 à 15 centimètres, jusqu'à 20 par endroits, tombés lundi dans la Capitale ont causé, non pas des maux de tête, mais une véritable migraine aux automobilistes. Dès l'heure de pointe du matin, la congestion s'est fait sentir sur les deux rives. Les accidents et les carambolages se multipliaient sur le réseau supérieur du ministère des Transports. 
Le bal a commencé vers 8h sur la 40 Est entre Neuville et Saint-Augustin. L'autoroute a été fermée à la circulation une partie de l'avant-midi pour permettre de dégager une dizaine d'automobiles, victimes de sorties de route.
À 11h, c'était au tour de l'autoroute 73 Nord d'être fermée à la hauteur de Saint-Lambert-de-Lauzon. Au moins une vingtaine d'automobiles ont été impliquées dans un carambolage. À 13h, des accidents multiples ont forcé la fermeture de la 20 Ouest près de la halte routière.
Sur la Côte-de-Beaupré, la côte de la Miche a été interdite au trafic lourd en après-midi entre Beaupré et Baie-Saint-Paul. 
Au total de journée, la Sûreté du Québec compte plus de 200 sorties de route et collisions dans la Capitale-Nationale et en Chaudière-Appalaches. La police de Lévis en avait seulement une dizaine en fin d'avant-midi et celle de Québec en rapportait 40 en après-midi. 
Au cours de la journée de lundi, de nombreux usagers ont rapporté qu'il était difficile de gravir certaines côtes de la Ville de Québec. Un lecteur a notamment transmis son incompréhension du fait qu'il était difficile de descendre sans glisser et monter, sans déraper, la route de l'Aéroport. «Ça fait 25 ans que je passe par là et ça fait deux ans que c'est comme ça. Qu'est-ce qui se passe», questionne celui qui a porté plainte auprès des autorités concernées.
L'avenue Chouinard, près du parc des Braves, a d'ailleurs été le théâtre d'un accident impliquant une automobile et une piétonne à cause de la chaussée glissante. Le véhicule qui tentait de monter la rue en pente s'est soudainement mis à reculer jusqu'à heurter une jeune femme de 21 ans. Elle a subi des blessures sérieuses aux jambes.
Déneigement optimal
Les problèmes de circulation attribuables aux précipitations ont été portés à l'attention du maire Régis Labeaume et du conseiller responsable des infrastructures, Jonathan Julien. «On ne peut pas gratter et arrêter la neige de tomber en arrière de nous autres», a lancé le maire.
«Toutes les équipes sont sorties à plein régime, assure pour sa part le conseiller. Encore une fois aujourd'hui, dame Nature a fait en sorte que c'est pendant l'heure de pointe que le gros de la neige est tombé encore cette fois-ci», ajoute M. Julien. Pour lui comme pour M. Labeaume, il est impossible d'éliminer tous les inconvénients dans les côtes "en pleine neige forte" à l'heure de pointe.
«Est-ce qu'on aurait pu bonifier l'offre de déneigement, s'interroge M. Julien. Un compte-rendu très strict indique que toutes les équipes sont sur le terrain. C'est optimal», tranche-t-il.
Le porte-parole de Transports Québec, Guillaume Paradis, ne veut pas s'avancer sur l'ensemble de facteurs qui peuvent expliquer le nombre élevé de collisions et de fermetures de route dans la seule journée de lundi. Chose certaine, il maintient que les équipes du ministère et ses sous-traitants étaient à pied d'oeuvre dès le début des précipitations. Toutefois, il admet lui aussi qu'il est parfois plus difficile de déblayer la chaussée pendant l'heure de pointe où le trafic est plus lourd.