Les employés municipaux sont à pied d'oeuvre afin de localiser toutes les fuites provenant du réseau d'aqueduc des secteurs de Cap-aux-Meules, de Fatima et de L'Étang-du-Nord aux Îles-de-la-Madeleine.

Pénurie d'eau potable: état d'urgence aux Îles-de-la-Madeleine

Les autorités des Îles-de-la-Madeleine ont déclenché les mesures d'urgence, lundi, à la suite d'un bris d'aqueduc majeur sur l'île centrale, qui prive près de 80 % des Madelinots d'eau potable. Le réservoir est pratiquement vide. Le maire a demandé au gouvernement de livrer de l'eau potable par avion. De mémoire d'homme, il s'agirait de la plus importante pénurie d'eau qu'a connue l'archipel.
«C'est extrêmement inquiétant, affirme le maire des Îles, Jonathan Lapierre. On est insulaires, on est isolés. On peut pas s'approvisionner avec les municipalités voisines!» La municipalité est en constante communication avec le ministère de la Sécurité civile et elle attend une réponse à sa demande d'approvisionnement aérien. «C'est la façon la plus rapide et la plus efficace de nous apporter de l'eau, précise l'élu. Par bateau, c'est difficilement envisageable puisqu'aujourd'hui [lundi], c'était une tempête de vent et demain [mardi], on annonce aussi des vents très forts.» 
Entretemps, la Municipalité demande la collaboration de la population afin de ne pas utiliser le peu d'eau qui reste. Elle a réquisitionné toutes les provisions en eau embouteillée de tous les commerces de l'archipel pour la distribuer à sa population à compter de ce matin à la mairie. La quantité d'eau sera rationnée afin qu'elle soit distribuée en toute équité.
L'hôpital et les établissements du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Îles n'ont pas été en mesure d'offrir les services externes et de fonctionner normalement. «Il a fallu mettre un plan de contingence en place et ils se sont approvisionnés en eau en bouteille pour leurs patients», relate l'élu. Toutes les écoles du territoire concerné, soit celles de Cap-aux-Meules, de Fatima et de L'Étang-du-Nord, ont suspendu leurs cours. «Avec une interdiction d'utilisation de l'eau, c'était compliqué pour les institutions scolaires», mentionne Jonathan Lapierre. 
Plusieurs fuites importantes
En pleine nuit, les employés municipaux ont eu beaucoup de difficulté à localiser d'où provenait la fuite dans le réseau d'aqueduc. «Ils ont découvert une fuite à un endroit, raconte le maire Lapierre. Ils sont intervenus pour colmater le bris et ils ont découvert qu'il y avait d'autres fuites importantes. L'équipe a passé la journée à scanner l'ensemble du réseau. On a investigué chaque pouce du réseau afin de comprendre pourquoi le niveau d'eau ne remontait pas dans le réservoir.» 
Après la réparation de cinq bris, l'eau du réservoir est remontée un peu, mais elle était à 0,6 mètre au lieu des 3,5 mètres requis. «On est en période hivernale, on a eu du redoux et du froid intense, rappelle le maire. Les réseaux sont fragilisés. Avec les chutes et les reprises de pression, le gel et le dégel, ça a occasionné d'autres bris. C'est pas quelque chose qu'on peut prédire ou valider.»
Des spécialistes, qui arriveront aujourd'hui par avion, sont attendus afin de vérifier si d'au­tres fuites existent dans le réseau. «Pour investiguer de façon pointue, ça prend des caméras et des équipements spéciaux pour s'assurer qu'il n'y ait pas d'autres problématiques», explique Jonathan Lapierre. 
Les autorités réévalueront la situation mardi matin. «Une communication va être faite auprès de la population à savoir si on maintient l'interdiction d'utilisation, qu'on la lève de façon partielle ou, ce qui est très peu probable, que la situation est revenue à la normale.» Lorsque les gens pourront recommencer à utiliser l'eau de l'aqueduc, un avis d'ébullition sera en vigueur pour au moins une semaine. «Il faudra tout nettoyer le réseau, envoyer analyser l'eau à l'extérieur des Îles et une série de mesures sera mise en place pour s'assurer que l'eau soit en tous points conforme.»
Plusieurs Madelinots ont rempli des bacs et leurs baignoires de neige pour la faire fondre afin de pouvoir l'utiliser dans les toilettes. «Les gens peuvent utiliser leur imagination pour avoir de l'eau, non pas pour la consommation, mais pour l'utilisation domestique, précise le maire. C'est pas une consigne de la Municipalité, mais on prend les moyens du bord!»