Le ministre Julien a fait cette précision alors qu’il était questionné à l’Assemblée nationale par le député de Laval-des-Rapides et porte-parole de l’opposition libérale en matière d’énergie et de ressources naturelles, Saul Polo.

Pas de gaz de schiste dans Lotbinière, assure Jonatan Julien

Il n’y aura pas d’assouplissements dans la Loi et les règlements sur les hydrocarbures pour permettre le développement de projets de gaz de schiste dans les basses terres du Saint-Laurent, a assuré jeudi le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien.

Le ministre Julien a fait cette précision alors qu’il était questionné à l’Assemblée nationale par le député de Laval-des-Rapides et porte-parole de l’opposition libérale en matière d’énergie et de ressources naturelles, Saul Polo.

«Lorsque nous étions au gouvernement, nous avons pris nos responsabilités et nous avons empêché l’exploitation de gaz de schiste. Mais avec le nouveau gouvernement, il est difficile d’avoir l’heure juste concernant l’exploitation des ressources contenues dans le schiste, tellement que les entreprises aussi voient une ouverture», a exposé le député. 

Le mois dernier, des inquiétudes sont nées dans Lotbinière lorsque l’entreprise gazière Ressources Utica a modifié son inscription au Registre des lobbyistes, a souligné M. Polo. Concrètement, la société souhaite faire des représentations auprès notamment du gouvernement afin d’avoir l’autorisation de faire des forages exploratoires dans les basses terres du Saint-Laurent. 

«On apprenait également la semaine dernière que Questerre Energy suspendait sa poursuite envers le gouvernement qui contestait le règlement mis en place par l’ancien gouvernement, le temps d’étudier différentes options. […] Quelles sont ces différentes options? Est-ce que la CAQ a une nouvelle position concernant la fracturation dans les basses terres du Saint-Laurent?» a demandé le député Polo.

Position inchangée

Ce à quoi le ministre Jonatan Julien a répondu que «l’exploitation des hydrocarbures au Québec va devoir respecter la Loi sur les hydrocarbures et le règlement». 

«Cette loi-là et ce règlement-là précisent quoi? Pas de fracturation hydraulique. Protection exemplaire des milieux hydriques. […] Notre position n’a pas changé. On n’a aucune discussion avec cette entreprise-là et on n’a pas l’intention de ne pas faire respecter la loi et ses règlements ou d’en assouplir les tenants et aboutissants, loin de là […]. On tient cette ligne-là, il n’y a pas d’ouverture», a assuré le ministre.