Un quartier inondé en Outaouais

Ottawa paiera pour l'armée

Le premier ministre canadien Justin Trudeau a assuré mardi que le gouvernement fédéral assumera la totalité de la facture pour le déploiement de l'armée canadienne en soutien aux sinistrés québécois.
«Quand il y a des situations de catastrophe naturelle ou des épreuves auxquelles les Canadiens font face, on se rassemble, a déclaré M. Trudeau. C'est pour ça que je suis tellement content de pouvoir aider. Le gouvernement fédéral évidemment assumera tous les coûts liés au déploiement de l'armée comme le Québec et l'Ontario l'ont demandé.»
La veille, son ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Ralph Goodale, a entretenu la confusion en indiquant que la question n'avait pas encore été étudiée. Il a néanmoins noté que dans «plusieurs cas», les Forces armées canadiennes (FAC) n'ont pas envoyé de facture «même si elles auraient pu le faire». Mais personne n'a exclu la possibilité que Québec assume une partie de la note. 
En 2012, pour composer avec des compressions budgétaires, le ministère de la Défense a changé ses politiques pour pouvoir «exercer son pouvoir de récupérer des coûts découlant du soutien fourni». Les provinces et municipalités qui font appel à l'armée peuvent maintenant devoir rembourser une partie des frais encourus par les FAC pour la mission. 
En début de journée, mardi, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a indiqué qu'il ne voulait pas recevoir de facture pour l'envoi de soldats puisque les Québécois paient déjà pour ces services à même leurs impôts. 
Le ministère québécois de la Sécurité publique n'a jamais reçu par le passé de note pour le déploiement des FAC en raison de catastrophe naturelle. Il y a toutefois eu quelques frictions avec Ottawa en 2011 parce que le Québec souhaitait que l'armée prolonge sa présence lors des inondations du Richelieu pour les opérations de nettoyage.