Le Groupe d’éducation et d’écosurveillance de l’eau (G3E) organise un bioblitz, c’est-à-dire un inventaire de la faune et de la flore réalisé grâce à un effort citoyen en compagnie d’experts, jusqu’à samedi.

Opération «bioblitz» à la baie de Beauport [VIDÉO]

On connaît la baie de Beauport pour ses activités familiales, la baignade ou ses soirées arrosées, mais il s’y cache un petit territoire très riche. Même un site en milieu humide parmi les plus importants au Québec pour différentes espèces!

Le Groupe d’éducation et d’écosurveillance de l’eau (G3E) organise son troisième bioblitz jusqu’à samedi, pour la première fois sur le territoire de la baie de Beauport. Un bioblitz, c’est quoi? 

«C’est un inventaire réalisé grâce à un effort citoyen. On va aller voir la faune et la flore dans un site donné, dans un nombre de temps donné. On invite tous les citoyens à venir faire ces inventaires-là avec des experts. L’avantage c’est qu’on peut sensibiliser les citoyens sur le territoire et amasser des données qui serviront aux experts en même temps», explique Nathalie Piedbœuf, directrice générale du G3E. 

Le territoire fouillé se trouve vers la gauche de la plage principale, dans les endroits où se trouvent les marécages, là où il y a peu de présence humaine.

Vendredi matin, un insecte plus rare a été trouvé sur le territoire, il s’agit d’une espèce de lucarne. Des experts en insectes pourront analyser les données amassées afin d’en tirer certaines conclusions.

En plus des insectes, le groupe comptera les oiseaux, les poissons et les plantes. Plusieurs ateliers et conférences seront aussi offerts sur le site de la baie de Beauport. L’accès est gratuit, et les enfants sont les bienvenus.

Vendredi, les employés du Port de Québec formaient en majorité le groupe de chercheurs. L’objectif est que ces personnes puissent en apprendre davantage sur l’environnement dans lequel ils travaillent.

«Les scientifiques qui sont là vulgarisent bien ce qui y est observé. Les employés seront mieux équipés pour travailler sur le territoire, ils seront informés», ajoute la directrice générale de G3E.

Et le port de Québec agrandi? 

La coordonnatrice aux opérations environnementales pour l’Administration portuaire de Québec (APQ), Sarah Lambert, était présente vendredi pour informer les employés et quelques citoyens sur certains projets d’environnement menés par le Port de Québec. Elle parlait entre autres de la relocalisation d’un nichoir d’hirondelles.

Cet automne, son département déplacera le nichoir qui se trouve près des bateaux, vers le côté de la baie de Beauport.

«On ne l’entretient pas assez là-bas, le site a été favorisé ici, on veut augmenter sa capacité et il est plus éloigné des activités portuaires donc à notre avis, cet endroit est plus approprié», explique-t-elle.

L’agrandissement du port de Québec fait partie des sujets chauds de cette campagne électorale. Mme Lambert ne voit pas cette décision comme une mauvaise nouvelle.

«Ce n’est pas nécessairement une mauvaise nouvelle, on a des projets de compensation et les permis sont demandés avec les ministères experts appropriés. Si [l’agrandissement] arrive, tout va être ajusté pour que l’environnement n’en souffre pas. On essaie d’être proactifs. Tout est pris en considération, il y aura des suggestions. On travaille déjà à ce qui est le moins d’impacts négatifs possibles», termine-t-elle.