Des résidents et volontaires de Saint-Jean au Nouveau-Brunswick empilent des sacs de sable en prévision de la montée des eaux.

L’eau monte encore au Nouveau-Brunswick, un niveau historique

MONTRÉAL - Au Nouveau-Brunswick, les autorités affirment que les niveaux de l’eau dans le sud de la province dépassent maintenant les seuils historiques observés en 1973, alors que le niveau du fleuve Saint-Jean continue de monter.

L’Organisation des mesures d’urgence prévient que la crue n’est pas encore arrivée dans le sud de la province et explique que l’eau augmente lentement, mais de manière constante.

Les régions du nord du Nouveau-Brunswick sont également surveillées de près, notamment à Edmundston.

Le niveau de la rivière Madawaska augmente en raison de l’accroissement du débit d’eau au barrage Témiscouata, au Québec, et en raison des niveaux élevés du fleuve Saint-Jean.

Jusqu’à présent, 975 personnes ont évacué leur résidence à travers la province et se sont inscrites auprès de la Croix-Rouge.

Les autorités craignent également des risques de contamination de l’eau à certains endroits, puisque les eaux des inondations peuvent être contaminées avec des eaux usées, les systèmes d’égouts et d’aqueduc étant saturés, a mis en garde le directeur de l’Organisation des mesures d’urgence, Greg MacCallum.

Le gouvernement provincial dit consulter la GRC, les Forces armées et la Garde côtière canadienne, qui continue de prêter main-forte à la province, «concernant les besoins en matière de secours».

Des embarcations patrouillent également dans les secteurs touchés pour assurer la sécurité des sinistrés, affirment les autorités.

L’autoroute Transcanadienne reste fermée entre Moncton et Fredericton dans les deux directions. La route 10 entre Chipman et Fredericton est maintenant fermée.

Près de 800 clients d’Énergie NB ont été débranchés en raison des inondations. L’entreprise demande aux citoyens qui comptent évacuer leur maison d’appeler pour procéder à un débranchement d’urgence, car «éteindre le disjoncteur n’est pas suffisant».

Par ailleurs, les vents violents qui ont balayé l’est du pays, incluant le Nouveau-Brunswick, ont causé des pannes d’électricité partout dans la province vendredi et samedi. À 14h dimanche, 785 abonnés d’Énergie NB étaient toujours sans électricité - en plus de ceux visés par des débranchements d’urgence - et 47 équipes travaillaient à réparer les infrastructures et à gérer la situation des inondations.

Un bateau de la Garde côtière canadienne traverse une zone inondée à l'île Darlings, au Nouveau-Brunswick.

***

PLUSIEURS RÉGIONS DU QUÉBEC TOUJOURS SOUS SURVEILLANCE

Les autorités étaient aux aguets, en fin de semaine, pour surveiller plusieurs rivières qui sont sorties de leur lit dans quelques régions du Québec, mais la sécurité civile a affirmé que la situation devrait se résorber dans les prochains jours.

La pluie est maintenant terminée dans l'est du Québec et, mis à part quelques bandes d'averses mineures, le beau temps devrait être de retour sous peu.

Ainsi, dans la majorité des régions, le niveau des rivières continuera de reculer, a indiqué en entrevue Maude Émilie Lapointe, conseillère en sécurité civile pour le ministère de la Sécurité publique.

Il se peut que certaines régions, dont l'Outaouais, la Haute-Mauricie et les Laurentides, voient le niveau des cours d'eau légèrement augmenter en raison de la fonte des neiges, mais ce n'est rien d'inquiétant, car ce sera graduel, selon Mme Lapointe.

Dans l'ensemble du Québec, environ 75 personnes ont évacué leur résidence, d'après les données disponibles samedi. La plupart des sinistrés ont choisi de se loger chez des proches, a révélé Mme Lapointe.

Toutefois, les représentants de la sécurité civile font état de plusieurs résidences inondées ou isolées. Dans le dernier cas, ce sont les routes autour de la maison qui sont inondées.

Par exemple, dans la région de Lanaudière, on comptait samedi 336 maisons inondées et 276 isolées. Les villes les plus touchées sont notamment Mandeville, Saint-Côme et Saint-Michel-des-Saints.

En Mauricie, le niveau des rivières demeure haut. D'après un communiqué de presse publié samedi soir par le ministère de la Sécurité civile, on trouve là-bas 48 maisons inondées et 333 isolées. Mais le lac Saint-Pierre et la rivière du Loup devraient continuer de reculer progressivement.

Sébastien Doire, directeur régional de la sécurité civile pour la Mauricie et le Centre-du-Québec, a dit que la situation semblait se stabiliser et même s'améliorer à certains endroits.

«On va quand même surveiller la situation, parce qu'avec la pluie d'hier, parfois on a des impacts de 24 à 48 heures plus tard», a-t-il expliqué en entrevue téléphonique.

Sherbrooke «en mode alerte»

En Estrie, les autorités observent de près le lac Louise et la rivière Saint-François, qui débordent du côté de la municipalité de Weedon, à environ 45 minutes de voiture de Sherbrooke.

Toujours selon le communiqué publié samedi soir, plus de 200 résidences sont inondées ou isolées dans ce secteur. De plus, de nombreux sinistrés sont maintenant sans électricité en raison des vents violents qui ont balayé la région la nuit dernière.

La ville de Sherbrooke est pour sa part en mode alerte, indique le communiqué.

«Il y a un centre de coordination, la municipalité est sur le terrain avec les conseillers en sécurité civile du ministère de la Sécurité publique pour évaluer la situation et être en contact avec la population pour donner des conseils de sécurité et évacuer au besoin», a précisé Maude Émilie Lapointe au sujet de Weedon.

Là aussi, le niveau de l'eau est en baisse, mais cela se fera graduellement, a ajouté Mme Lapointe.

Dans les Laurentides, le communiqué parle d'inondations moyennes causées par la rivière du Nord. La Macaza, Mirabel, Rivière-Rouge et Mont-Tremblant sont les endroits les plus touchés. Un total de 69 résidences sont inondées dans la région et 45 isolées.