Des chercheurs examinent l'une des six carcasses de baleines noires retrouvées sans vie dans le golfe du Saint-Laurent.

Le temps presse pour la baleine noire, dit une experte

Le sort de la baleine noire de l'Atlantique Nord, une espèce en voie de disparition, pourrait être en jeu, estime une experte en mammifères marins, alors que le bilan d'individus de ce type retrouvés sans vie dans le golfe du Saint-Laurent s'est élevé au nombre de six.
Selon la biologiste Tonya Wimmer, de la Marine Animal Response Society (MARS), la série de morts a été «catastrophique», totalisant plus de 1 % de la population mondiale de baleines noires de l'Atlantique Nord. Celle-ci est estimée à 500 individus.
Le temps presse, soutient-elle, alors que les avions canadiens et les navires de la Garde côtière canadienne sont près des Îles-de-la-Madeleine pour tenter de colliger les informations pertinentes sur les carcasses de baleines.
Il faudra une «petite armée» pour pleinement disséquer la carcasse d'un mammifère de 70 tonnes, a-t-elle dit, ajoutant que la collecte d'échantillons biologiques jouera un rôle primordial dans les opérations visant à déterminer ce qui a provoqué la mort des six baleines et ainsi tenter d'éviter que le bilan ne s'alourdisse.
La baleine noire de l'Atlantique Nord n'a été vue que récemment dans le golfe du Saint-Laurent, a affirmé la biologiste, ce qui laisse supposer que des facteurs environnementaux ont pu jouer un rôle.
Cette sorte de baleines était autrefois chassée jusqu'à ce que l'espèce en vienne presque à disparaître, à la fin du 18e siècle. Elle a depuis peiné à se tirer d'affaire.