Lors de son arrivée à Rimouski, le prince Albert II de Monaco a été accueilli par le premier ministre du Québec, Philippe Couillard.

Le prince de Monaco appelle à la protection des océans

«À l'heure où l'humanité de plus en plus nombreuse voit ses besoins croître constamment en termes d'énergie, d'aliments, de médicaments ou de matières premières, nous savons que les océans constituent la nouvelle frontière, a exprimé le prince Albert II de Monaco pour donner le coup d'envoi du BioMarine Business Convention, qui s'est ouvert à Rimouski dimanche. Mais, il ne faudrait pas que nous exploitions les océans comme nous avons trop souvent et trop longtemps exploité la Terre!»
«Le Québec est de toute beauté, a-t-il continué. C'est pourquoi il est important de le développer de façon durable.» Son altesse a d'ailleurs souligné l'importance du Plan Nord. Il a également salué la mise en place d'aires protégées marines par le gouvernement du Canada.
Le prince, qui est connu pour son amour des océans et ses fondations visant à les protéger, estime que «le Québec, avec la mise en place de sa stratégie maritime, est devenu une référence dans le domaine maritime».
Le monarque s'est également dit préoccupé par la pollution des océans causés par le plastique, la montée des eaux, l'acidification des océans et la hausse des températures qui «menacent les écosystèmes marins». «La pêche illégale et la surpêche sont dévastatrices, a-t-il rappelé. Je crois à l'économie bleue dans le respect des écosystèmes marins. Nos océans doivent être protégés.»
Le prince Albert a prononcé son allocution devant un parterre de 300 personnes, dont le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, le ministre délégué aux Affaires maritimes, Jean D'Amour, le ministre fédéral des Pêches et des Océans, Dominic Leblanc et la ministre de la Mer du Portugal, Ana Paula Vitorino.
Le BioMarine Business Convention, qui s'était tenu l'an dernier à Oslo, en Norvège, réunit à Rimouski des participants et des représentants de 250 entreprises du domaine maritime provenant de 18 pays. Ces congressistes sont là pour engager des rencontres d'affaires et des discussions d'ordre politique, scientifique et financier autour d'enjeux stratégiques liés à la croissance bleue. L'événement se poursuit jusqu'à mardi. «Ici, on a un foyer d'expertises de niveau international en sciences de la mer, a mentionné le premier ministre Couillard. D'ailleurs, la présence du prince Albert de Monaco témoigne de l'importance de Rimouski sur la scène internationale. Si on me demandait de choisir pour les cent prochaines années pour le Québec, à savoir un État riche en hydrocarbures ou un État riche en eaux douces et salées, je choisirais l'eau, sans aucun doute!»
Dimanche, une première entente a été signée entre le Centre de recherche en biotechnologies marines de Rimouski et la compagnie suisse Lagosta, visant la production commerciale de langoustes et de ses sous-produits, comme les carapaces.