Plus de 1050 personnes ont signalé à la Croix-Rouge qu’elles avaient évacué leur résidence.

Le niveau des eaux devrait se stabiliser N.-B.

SAINT-JEAN, N.-B. - Le niveau des eaux devrait continuer à monter une journée encore à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, avant de se stabiliser, estimaient lundi les autorités.

Geoffrey Downey, de l’Organisation des mesures d’urgence, a rappelé lundi que le niveau des eaux s’était déjà stabilisé sur la majeure partie du cours du fleuve Saint-Jean, en amont de son embouchure.

Les eaux dépassent d’un mètre et demi le niveau d’inondation depuis dix jours à Fredericton, mais elles devraient passer sous la barre fatidique des 7,5 mètres d’ici mercredi, selon M. Downey. La quantité d’eau qui descend le fleuve et qui passe par le barrage Mactaquac, à l’ouest de Fredericton, commence déjà à baisser et devrait diminuer de moitié d’ici mercredi, a-t-il estimé.

Plus à l’est, dans la région du lac Grand, des images publiées sur les médias sociaux montrent des chalets et des roulottes complètement détruits ou emportés par les eaux. Ces habitations ne sont pas couvertes par le programme d’aide financière du gouvernement.

Selon M. Downey, il faudra attendre encore quelques jours avant que les eaux du bassin inférieur du fleuve Saint-Jean commencent à se retirer.

Plus de 1050 personnes ont signalé à la Croix-Rouge qu’elles avaient évacué leur résidence, alors que plusieurs autres sont allées vivre chez des parents ou des amis sans s’enregistrer auprès des autorités. La Croix-Rouge a lancé une campagne de financement destinée spécifiquement aux victimes des inondations.

La Gendarmerie royale du Canada a indiqué que trois hommes dans la vingtaine avaient été arrêtés dimanche à la suite d’une tentative de cambriolage en canot dans la région de Maugerville, près de Fredericton. Le propriétaire de la résidence était chez lui et personne n’a été blessé.

L’autoroute Transcanadienne demeure fermée entre Fredericton et Moncton. La municipalité de Chipman était isolée par voie terrestre, lundi, mais les autorités tentaient de rehausser une route pour assurer au moins le passage des véhicules d’urgence.