Le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Benoit Charette

Le ministre Benoit Charette pas le bienvenu à la marche pour le climat

MONTRÉAL - Le collectif «La planète s’invite au Parlement», qui est à l’origine de l’invitation de Greta Thunberg à Montréal, a indiqué mercredi soir que le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Benoit Charette, n’était pas le bienvenu à la grande marche du 27 septembre.

Le collectif «La planète s’invite au Parlement» est à l’origine de la plupart des manifestations pour le climat qui se sont déroulées à Montréal dans les derniers mois, il fait aussi partie des organisations derrière la grande manifestation pour l’environnement du 27 septembre.

Mercredi soir, le collectif a signifié, sur Facebook, que la présence du ministre caquiste Benoit Charette, n’était pas la bienvenue, car le programme de la Coalition avenir Québec va à l’encontre des objectifs de la marche.

«Vous êtes responsable, autant que les gouvernements qui vous précèdent, de la crise dans laquelle nous sommes actuellement. Votre gouvernement ne s’enligne aucunement pour mettre en place les mesures qui sont nécessaires pour limiter le réchauffement climatique à 1,5C», peut-on lire dans le message du collectif.

La planète s’invite au Parlement a ajouté que le développement du troisième lien à Québec, le projet gazier GNL Québec ou «le terminal maritime de kérosène pour alimenter des aéroports ontariens» sont des projets qui vont à l’encontre des exigences du «consensus scientifique pour éviter la catastrophe climatique.»

«À moins que vous teniez à manifester contre vous-mêmes?» a ajouté le collectif.

Le ministre Benoit Charette avait indiqué mardi qu’il se joindrait éventuellement aux marcheurs, «si l’agenda devait le permettre».

Le député de Bourget, le caquiste Richard Campeau, devrait lui aussi représenter le gouvernement à la marche.

Quant au premier ministre Legault, il a confirmé mercredi qu’il ne participera pas au rassemblement, au grand dam des partis d’opposition.

Le gouvernement a rejeté deux motions de l’opposition reliées à la marche contre la crise climatique.

L’opposition libérale, par la voix de la députée Marie Montpetit, invitait notamment le premier ministre à participer à la marche et à la «Climate Week» à New York, de même qu’à «reconnaître que le réchauffement climatique représente l’une des principales menaces pour l’économie du Québec».

L’autre motion, déposée par Québec solidaire, allait dans le même sens et a subi le même sort.