Québec a reçu jusqu’à maintenant 310 cm de neige, s’approchant du record de 2008, alors que la région avait reçu 380 cm.

La Ville de Québec ouvre trois dépôts à neige temporaires

Les précipitations abondantes de neige des dernières semaines obligent la Ville de Québec à prendre des mesures exceptionnelles en ouvrant trois nouveaux dépôts à neige temporaires comme en 2008.

Étant donné l’urgence de la situation, des dérogations temporaires ont été octroyées, pour ne pas aller en appel d’offres, par le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques et le ministère des Affaires municipales et de l’habitation pour l’ouverture des dépôts d’Estimauville dans Beauport et du Canadian National Railroad à Sainte-Foy–Sillery-Cap-Rouge, qui n’étaient plus en service depuis plusieurs années. La Ville finalise également une entente avec la Sablière Drapeau dans le secteur de La Haute-Saint-Charles. En 2008, la Ville avait également eu recours à trois sites temporaires. 

«La coordonnatrice municipale de sécurité civile a décrété une situation d’exception. Le maire a donc des pouvoirs exceptionnels de dépenser. Dans notre plan de sécurité civile, c’est marqué qu’on peut avoir des dérogations pour ne pas aller en appel d’offres», a expliqué Patrick Voyer, responsable de la sécurité civile au comité exécutif. 

La Ville a actuellement neuf dépôts à neige et possède un contrat avec un 10e dépôt qui appartient au privé. Ces dépôts sont pleins à 70 % de leur capacité. Deux de ces 10 dépôts ont d’ailleurs été fermés en fin de semaine, Chanoine-Scott et Henri-Bourrassa. 

Proche du record de 2008

Jusqu’à présent, il est tombé environ 310 cm alors qu’à pareille date, ces 10 dernières années, la moyenne est de 220 cm. En 2008, Québec avait reçu 380 cm. Au sol, il est tombé, 65 cm en moyenne ces 10 dernières années. L’an passé, Québec avait reçu 75 cm au sol. Cette année, le chiffre est déjà de 100 cm et en 2007-2008 c’était 101 cm.

Ces trois nouveaux dépôts à neige vont permettre à la Ville de ramasser et de stocker la neige si jamais quelques tempêtes envahissent Québec d’ici le printemps comme en 2008, où il était tombé 167 cm en mars. «On travaille pour se préparer. On aura des endroits pour stocker la neige si c’est nécessaire», a souligné Régis Labeaume. 

Budget défoncé

Le budget de déneigement est normalement de 45 millions par année, mais il sera défoncé de 10 millions en 2018 et 10 millions en 2019.

La Ville sera donc forcée de piger dans sa réserve pour payer la différence. Malgré tout, il n’est pas prévu d’augmenter le budget pour les années futures. 

«On préfère y aller moins cher, avoir une réserve, et puiser dedans si on a besoin», a mentionné Jérémie Ernould, responsable du déneigement au comité exécutif.

Le maire de Québec a assuré que l’explosion du budget n’aura pas d’incidence sur les taxes municipales des citoyens.

Bornes-fontaines

Régis Labeaume a également dénoncé les déneigeurs qui empilent la neige sur les bornes-fontaines. Celles-ci doivent être déneigées dans un délai de 72h pour assurer un accès en tout temps. 

«Quelques déneigeurs du privé qui font des entrées sont assez imbéciles pour enterrer les bornes-fontaines. On va leur demander d’être moins imbéciles», a-t-il pesté. Une vingtaine de cas ont été rapportés à travers la ville.

+

PAS DE PASSE-DROIT

Pas question que la Ville de Québec vous autorise à mettre la neige dans la rue les soirs d’opération de déneigement, même si vous n’avez plus de place sur votre terrain où la lancer.

Que l’hiver soit exceptionnel côté précipitations n’y change rien, la mairie n’accordera pas de passe-droit : c’est à vous de trouver un moyen d’empiler les jolis flocons sur votre propriété. «On demande aux citoyens de ne pas mettre de neige à la rue, sauf s’ils détiennent un permis de neige l’autorisant», avertit Wendy Whittom, conseillère en communication. «Sinon, ils empirent une situation déjà difficile.»

C’est bien beau, mais les montagnes blanches sont déjà hautes… quoi faire alors? «Actuellement, on encourage les citoyens à prendre entente avec leur déneigeur, regarder ce qui peut être fait : si c’est possible de déneiger de moins grande superficie qu’à la normale – par habitude, on fait déneiger la cour au complet, on n’a peut-être pas besoin d’aller au bout du stationnement, ou pleine largeur – il est peut-être possible de laisser la neige au fond du stationnement ou de souffler dans la cour arrière», propose Mme Whittom. «Mais il n’y a pas de solution miracle.»

Les citoyens qui n’ont pas d’autre option que de mettre leur neige dans la rue sont invités à communiquer avec le 311 pour voir s’ils se qualifient pour obtenir un permis à cet effet.  Baptiste Ricard-Chatelain

+

LES CHIFFRES DU DÉNEIGEMENT

Budget annuel de plus de 45 millions $

  • Près de 2400 km de chaussées
  • Près de 1250 km de trottoirs
  • Jusqu’à 1700 personnes mobilisées pour une opération déneigement
  • Environ 1300 véhicules pour déneiger les rues de Québec