La montée de la rivière Saint-Jean au Nouveau-Brunswick force des évacuations

FREDERICTON — Plusieurs personnes étaient rassemblées samedi à la célèbre Galerie d’art Beaverbrook de Fredericton, mais ce n’était pas pour admirer les oeuvres d’art. C’était plutôt pour voir la crue de la rivière Saint-Jean qui fouettait le côté de l’édifice.

Le niveau des rivières du Nouveau-Brunswick a continué de monter pendant la fin de semaine, causant des inondations dans les rues et les maisons, et forçant l’évacuation de résidants dans au moins quatre communautés.

Samedi après-midi, le niveau de la rivière Saint-Jean se situait à 1,7 mètre au-dessus du seuil d’inondation à Fredericton — ce qui s’approche des niveaux records enregistrés en 2008 — et de la pluie était prévue pendant la fin de semaine.

Des sacs de sable ont été placés à l’extérieur des édifices historiques de capitale néo-brunswickoise, dont celui de l’Assemblée législative de la province.

La Galerie d’art Beaverbrook était entourée d’eau et la rivière menaçait d’inonder les niveaux inférieurs du bâtiment.

L’édifice a été fermé temporairement, et toutes les oeuvres d’art qui se trouvaient dans le sous-sol ont été déménagées aux étages supérieurs.

La galerie d’art, qui a ouvert ses portes en 1959, présente notamment les oeuvres de Thomas Gainsborough et Salvador Dali.

Quelques rues de Fredericton situées à un jet de pierre de la rivière étaient partiellement inondées samedi.

«Les niveaux de la rivière demeureront au seuil d’inondation ou près du seuil pendant les 48 prochaines heures», a indiqué Greg MacCallum, directeur de l’Organisation des mesures d’urgence de la province.

Des passants profitent du spectacle impressionnant offert par le débordement de la rivière Saint-Jean au coeur de Fredericton.

La Croix-Rouge a aidé à évacuer plus d’une dizaine de maisons à Edmundston, Bathurst, Fredericton et Maugerville. D’autres résidants sont allés rester chez des proches.

Geoffrey Downey, un porte-parole du ministère de la Sécurité publique, a indiqué que plusieurs routes et autoroutes étaient couvertes d’eau.

Un homme à Fredericton a même dû abandonner sa voiture parce qu’il avait ignoré une barricade. L’homme s’est rendu lui-même au sec et il a contacté les autorités pour les informer de la présence de son véhicule.

M. MacCallum a rappelé qu’il était interdit de bouger ou d’ignorer les barricades.

«On ne sait pas ce que dissimule l’eau. Ça peut être plus profond qu’il n’y paraît. Il peut y avoir des trous, et on peut endommager notre véhicule, et bien pire», a-t-il expliqué.

Dans le secteur d’Edmundston, l’autoroute 144 a été endommagée de façon importante, selon les autorités. De plus, une bonne partie de la route 105 était fermée.