La Chine et les États-Unis représentent ensemble environ 40 % des émissions polluantes. Leur entente avait été cruciale pour parvenir à l'accord de Paris fin 2015.

La Chine s'engage à respecter l'accord de Paris

La Chine, premier pollueur mondial, a promis vendredi d'appliquer l'accord de Paris sur le climat, au lendemain du retrait des États-Unis annoncé par le président Donald Trump.
«Nous pensons que l'accord de Paris reflète l'agrément le plus large de la communauté internationale autour de la question du changement climatique. Les parties prenantes doivent chérir ce résultat chèrement gagné», a déclaré devant la presse la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying.
Le gouvernement chinois «prendra des mesures concrètes» en réponse au changement climatique, a-t-elle assuré. «Nous tiendrons sincèrement nos obligations».
«Il s'agit d'une responsabilité que prend la Chine en tant que grand pays responsable mais cela répond aussi aux besoins de développement» du pays, a ajouté la porte-parole, tout en se félicitant de voir que la position de Pékin était saluée, contrairement à celle du président américain.
«Nous avons remarqué que nos actes et notre rôle dirigeant ont été applaudis par la communauté internationale», a souligné Mme Hua.
Elle a cependant indiqué que la Chine se tenait prête «à coopérer avec les membres de la communauté internationale, y compris les États-Unis, pour faire progresser mondialement un développement vert et faible en carbone».
La Chine et les États-Unis représentent ensemble environ 40 % des émissions polluantes. Leur entente avait été cruciale pour parvenir à l'accord de Paris fin 2015.
«Make our planet great again»
La réponse des Européens, tranchante, ne s'est pas fait attendre non plus: s'ils «regrettent» cette décision, Berlin, Paris et Rome ont souligné, dans un communiqué commun, que l'accord ne pouvait en aucun cas être renégocié.
Jugeant que M. Trump avait commis «une erreur» pour les intérêts de son pays et «une faute» pour l'avenir de la planète, le président français Emmanuel Macron a appelé les scientifiques, ingénieurs et entrepreneurs américains à venir travailler en France sur «des solutions concrètes» pour le climat.
À l'offensive, passant à l'anglais, il a souligné la responsabilité commune de tous les pays: «Make our planet great again», a-t-il lancé, dans une paraphrase du slogan de Donald Trump («Make America great again»).