Ils étaient une dizaine de sapeurs mardi, puis autant mercredi, à ensacher du sable et à ériger des murets pour empêcher l'eau du Saint-Laurent d'atteindre les dizaines de résidences principales et secondaires du chemin Couet.

Inondations: l'aide des pompiers de Québec appréciée

«On a notre chef de la voirie, un autre employé, et moi... je suis trop petite.» Par cette boutade, la mairesse de Batiscan en Mauricie témoigne de sa gratitude envers les pompiers de Québec venus aider la municipalité à protéger les résidences menacées par le fleuve.
Ils étaient une dizaine de sapeurs mardi, puis autant mercredi, à ensacher du sable et à ériger des murets pour empêcher l'eau du Saint-Laurent d'atteindre les dizaines de résidences principales et secondaires du chemin Couet.
«Mardi matin, il y avait une veille de tempête, c'était inquiétant, soutient la mairesse Sonya Auclair. Quand on a vu que ce qu'on avait fait lundi avait cédé, on s'est dit qu'on avait besoin d'aide. On n'est pas ingénieur, ni hydrologue, et l'eau c'est fort», ajoute-t-elle.
Après avoir fait une demande infructueuse de soutien à l'Armée canadienne, elle s'est rappelé que le maire Régis Labeaume avait offert son aide matérielle et humaine. «Nous avons contacté la sécurité civile qui a établi le contact avec la Ville de Québec», se réjouit-elle.
C'est que Batiscan, 900 habitants, a des ressources limitées. Son service d'incendie est composé de pompiers volontaires. Tous ne pouvaient quitter leur emploi pour prêter main-forte. L'aide de Québec, à environ une heure de distance, arrivait donc à point.
Le chef pompier, Mario Trudel, était présent mercredi lors du passage du Soleil. «Tous les gars qui sont ici le sont sur une base volontaire. Nous avons fait des appels pour savoir qui était intéressé à participer. La réponse a été très bonne», confirme-t-il. 
«C'est normal. Nous sommes là pour aider. Ça fait partie de notre mission», lance comme une évidence le sapeur Steve Gaudry, qui a participé à d'autres opérations de soutien par le passé, parfois dans des contextes beaucoup plus dramatiques comme la tragédie de Lac-Mégantic. Même chose pour François Gosselin, qui s'était porté volontaire lors de la crise du verglas. 
Les pompiers présents ne sont pas les mêmes d'une journée à l'autre, c'est dire à quel point la participation est bonne. L'aide promise par Québec durera aussi longtemps que les besoins se feront sentir. Ça pourrait durer encore quelques jours, surtout que de bonnes quantités de pluie sont attendues sur la Mauricie la fin de semaine prochaine.
Mercredi après-midi, l'Armée confirmait qu'elle pouvait fournir quelques hommes. Une nouvelle qui arrivait à point en regard des prévisions météo défavorables.