Inondations: Beauceville sur un pied d'alerte

Des dizaines de personnes ont dû abandonner leur résidence en Beauce, samedi, lorsque la rivière Chaudière est sortie de son lit, notamment à Beauceville et à Saint-Lambert-de-Lauzon.
Peu après 18h, les sirènes d'urgence ont retenti dans tout Beauceville pour prévenir les 6000 personnes y vivant de l'arrivée éminente d'un nouveau coup d'eau provenant de la rivière Chaudière.
Un embâcle formé à la hauteur de la rivière Famine à Saint-Georges de Beauce a cédé en fin de journée. Les glaces détachées ont ensuite été prises au piège à la hauteur de la municipalité située en aval de Saint-Georges, causant l'inondation.
Cette nouvelle montée des eaux a amené avec elle un flot de tourments additionnels aux riverains de Beauceville, déjà inondés depuis vendredi. Les autorités faisaient état de 19 commerces inondés, de 40 résidences évacuées et de 6 sinistrés, tard samedi soir.
Et ce n'est pas fini si on en croit Environnement Canada, qui prévoit de 10 à 20 mm de pluie en Beauce aujourd'hui. «La tendance et le niveau de l'eau sont à la hausse. L'effet domino appréhendé malheureusement se concrétise», a déploré le maire Luc Provençal. «On est à la merci de Dame Nature. Son humeur, tout comme celle de la rivière Chaudière, est imprévisible et changeante. Toutes les dispositions ont été prises pour assurer la sécurité et le mieux-être de l'ensemble des citoyens. Nous sommes prêts à accueillir les personnes évacuées», a-t-il ajouté, toujours présent au centre de coordination d'urgence.
Souvenirs de 1991
À l'instar du maire, plusieurs résidents craignent maintenant que la situation déjà critique ne s'envenime par les précipitations prévues aujourd'hui. Certains d'entre eux y voient des ressemblances avec la crue de 1991, année où une inondation majeure avait frappé Beauceville.
C'est le cas de Florence Couture, âgée de 82 ans. Pour rien au monde, elle ne veut revivre pareille situation. «Nous avions eu de l'eau jusqu'au premier plancher. On ne sait jamais à quoi s'attendre d'une fois à l'autre! Espérons que nous pourrons éviter le pire. Pourvu que l'eau, qui s'infiltre dans le sous-sol, ne se mette pas à grimper», a raconté la dame, qui a déjà connu les affres de deux inondations majeures.
Entourée de ses enfants et petits-enfants venus lui prêter main-forte, elle confie trouver les nuits courtes et les journées longues lorsqu'au printemps, la débâcle menace et que la rivière Chaudière fait des siennes.
Évacuations à Saint-Lambert-de-Lauzon
À Saint-Lambert-de-Lauzon, un embâcle long d'un kilomètre a forcé l'évacuation de 80 personnes, samedi après-midi.
«La municipalité a pris les mesures nécessaires, et nous avons un conseiller sur place pour évaluer la situation», a expliqué France-Sylvie Loisel, de la Sécurité civile du Québec.
La majorité des résidents ont pu se réfugier chez leurs proches.
La rivière Chaudière a aussi fait des siennes à Saint-Joseph-de-Beauce. Encore là, quelques évacuations, mais aucune conséquence majeure.
À Saint-Gilles, dans Lotbinière, la rivière Beaurivage est aussi sortie de son lit. Quelques citoyens ont dû quitter le secteur. L'embâcle formé sur le cours d'eau s'est finalement défait, et la situation était résorbée samedi matin. La rivière Beaurivage est aussi en observation à Saint-Étienne-de-Lauzon.