Après le phoque du Groenland (ci-dessus), dont on estime le troupeau à 6,8 millions de bêtes, c'est au tour du phoque gris d'envahir le territoire des Îles-de-la-Madeleine et du sud de l'Atlantique.

Îles-de-la-Madeleine: les phoques gris de plus en plus nombreux

Après l'omniprésence des phoques du Groenland, ce sont maintenant les phoques gris qui envahissent le territoire des Îles-de-la-Madeleine et du sud de l'Atlantique.
Plus de 300 000 phoques gris occupent ces espaces, ce qui pousse les chasseurs de pho­ques des Îles-de-la-Madeleine à demander au gouvernement fédéral un quota d'abattage de 50 000 phoques pour cette espèce. Une présence qui n'est pas sans avoir impact sur les espèces de poisson commerciales. Selon Pêches et Océans, les estimations des quantités d'espèces de poisson commerciales mangées par les phoques sont importantes comparativement aux prises actuelles de morue du Nord, de sébaste, de flétan noir et de plie canadienne.
Le troupeau de phoques du Groenland atteindrait les 6,8 millions de bêtes, en hausse d'un million depuis quatre ans.
Selon Mike Hammill, chercheur scientifique à l'Institut Maurice-Lamontage de Mont-Joli (Pêches et Océans Canada), c'est le troupeau «le plus gros que nous ayons vu dans les 50 dernières années et peut-être même dans le dernier siècle. Les pratiques de gestion que le Ministère a mises en place au cours des deux dernières décennies ont mené à un accroissement de la population, et l'approche de gestion actuelle est d'assurer une probabilité de 80 %, que le troupeau compte 4,1 millions d'animaux ou plus».
Les chasseurs de loup-marin du Groenland réclament un quota de 300 000 têtes à Ottawa, comparativement à 280 000 en 2009 sur un troupeau alors évalué à près de 5,6 millions d'animaux.
Plus petit marché
Les marchés pour les produits du phoque (peaux, huile, etc.) se contractent toutefois depuis les mesures de rétorsion prises par les pays de la communauté européenne. Les peaux représentent la plus importante composante de la valeur des produits, suivies de la production d'huile (oméga-3) destinée à l'alimentation humaine, qui s'est accrue au cours des dernières années.
La valeur au débarquement de la chasse au phoque du Groenland au Canada n'a été que de 7 millions $ en 2008 et de 12 millions $ en 2007, comparativement à 33 millions $ en 2006, l'une des meilleures années pour cette industrie.