Les routes qui relient les îles entre elles sont impraticables, de sorte que les habitants au sud et à l'est de l'archipel ne peuvent se rendre sur l'île centrale du Cap-aux-Meules, où la majorité des services se trouvent.

Îles-de-la-Madeleine: hiver exceptionnel, coûts exceptionnels

La situation s'améliore aux Îles-de-la-Madeleine, paralysées samedi par la neige abondante et la «neige folle» causée par les vents du nord-ouest. La circulation est rouverte partout, mais le coût des opérations déneigement risque d'exploser et aura un impact certain sur le budget de l'archipel.
D'aussi loin qu'elle se souvienne, la directrice des travaux publics des Îles, Caroline Richard, ne se rappelle pas avoir fait appel au secteur privé pour aider au déneigement des routes. «C'est la première fois», a-t-elle dit en entrevue au Soleil.
En fait, toute la situation est exceptionnelle. «Ce qu'on raconte, c'est qu'il n'est pas tombé autant de neige depuis une vingtaine d'années, sinon plus», a souligné Mme Richard, qui était à son bureau un dimanche pour répondre aux appels des citoyens.
Les hivers aux Îles-de-la-Madeleine débutent plus tardivement, et comme l'expliquait un résidant de l'Île dans Le Soleil de dimanche, il est rare de voir des accumulations de neige au sol avant le mois de janvier. Or, de jeudi à samedi, le mauvais temps n'a donné aucun répit aux Madelinots.
Samedi, les routes qui relient les îles entre elles étaient impraticables, de sorte que les habitants de l'est de l'archipel ne pouvaient se rendre sur l'île centrale du Cap-aux-Meules, où la majorité des services se trouvent.
Le grand coupable de ce périlleux début d'hiver, outre la neige, est le vent du nord-ouest. «Ça faisait au moins trois jours qu'on avait des vents du nord-ouest», a expliqué Mme Richard. De tout temps, le climat des Îles est fortement influencé par les caprices d'Éole. Mais provenant de cette direction, le vent ne rencontre aucun obstacle lorsqu'il atteint la portion nord de l'île de Cap-aux-Meules, où se trouvent des dunes de sable.
Des murs de neige
De la poudrerie - que les Madelinots appellent de la «neige folle» - a ainsi été soulevée et d'importantes quantités de neige ont été déplacées, formant de véritables murs par endroits.
La situation s'est rétablie dimanche. «Ça circule partout. Et on a du soleil!», s'est réjouie Mme Richard. Mais la prudence demeure de mise. «Les contracteurs privés s'affairent à élargir les voies», a-t-elle expliqué. «Si on a du temps comme aujourd'hui [dimanche], demain [lundi] en fin de journée, on aurait 50 % du réseau qui serait complètement rétabli.»
La demande de renfort au privé aura nécessairement des coûts, a pour sa part expliqué le maire des Îles-de-la-Madeleine, Jonathan Lapierre. «Au niveau des coûts des opérations, on ne parle d'aucune commune mesure. On a minimalement doublé le budget de décembre. On verra ce que ça aura comme impact pour le reste de l'hiver», a déclaré M. Lapierre, ne pouvant chiffrer pour l'instant les coûts supplémentaires engendrés par le mauvais temps. «Chose certaine, aucun élément n'a été en notre faveur. On a eu une première grosse tempête début décembre. Et à la minute où on s'est relevé, on en a eu une autre, suivie d'une semaine de forts vents du nord.»
Comme partout au Québec, plusieurs résidants des Îles devront retourner au travail lundi, après le congé des Fêtes. Aucune activité n'est compromise, a assuré le maire, qui a été très actif sur les réseaux sociaux pour rassurer les citoyens ou répondre à leurs interrogations.