Îles-de-la-Madeleine: des «conditions optimales» ont permis l'observation du stratocumulus

L’impressionnant nuage en rouleaux observé dans le ciel des Îles-de-la-Madeleine dimanche est non seulement un phénomène météorologique rare, mais il est un phénomène habituellement difficile à observer, indique Environnement Canada.

Aperçu vers 19h, le nuage appartenant à la famille des stratocumulus s’est formé au terme d’une journée brumeuse, en raison de l’arrivée d’un front froid — qui a fait chuter la température de -5 oC en moins d’une heure —, et de son interaction avec la topographie unique de la pointe sud de l’Île du Havre-Aubert.

À lire aussi: Rare phénomène dans le ciel des Îles-de-la-Madeleine

«C’est rare que ce phénomène soit aussi facilement observable, mais le temps était dégagé, au coucher du soleil. Le synchronisme était parfait. C’était des conditions d’observation optimales, ce qui est encore plus rare que le phénomène lui-même», explique le météorologue Alexandre Parent.

Si les images satellites recueillies par Environnement Canada confirment bien l’apparition de ce phénomène local, elles ne suffisent pas à identifier le type de stratocumulus dont il est question. Il en va de même pour les photographies de Louise Mercier, propriétaire du phare de l’Anse-à-la-Cabane, que nous publiions lundi.

S’apparentant au volutus, qui a été répertorié dans l’Atlas international des nuages en 2017 et dont la particularité est la rotation sur place de ses rouleaux, le nuage des Îles-de-la-Madeleine pourrait être de type différent.

«C’est assurément un stratocumulus, qui sont des nuages qui se forment à basse atmosphère, près de la surface, à quelques centaines de mètres seulement au-dessus de nos têtes. Un vidéo, où l’on aurait pu voir la rotation et la vitesse de rotation du nuage, aurait toutefois permis de mieux l’identifier. Parce qu’il existe plusieurs types de nuages en rouleaux», a rappelé Alexandre Parent, convenant que le phénomène restait néanmoins spectaculaire.