Les -33,9 °C enregistrés dans la nuit de mercredi à jeudi est un record pour un 2 janvier à Québec. En matinée jeudi, le mercure oscillait autour de -32 °C, et une température ressentie de -40 °C avec le refroidissement éolien.

Froid glacial: pas de répit avant dimanche

L'hiver ne donne aucun répit. Le froid intense, qui se poursuivra demain, sera suivi d'une énième tempête prévue en début de semaine. Les précipitations, qui pourraient atteindre 15 centimètres et plus, précéderont... une autre période de froid.
Le froid mordant. C'est ce qui retient l'attention en ce début 2014. «Ce sont des températures nettement sous les normales», lance André Cantin, d'Environnement Canada. «Une dépression stable au-dessus de la baie d'Hudson empêche l'air chaud du sud de remonter vers le Québec. Nous subissons donc l'air glacial du nord. Même la côte est américaine est touchée par cette vague de froid», ajoute le météorologue.
Depuis lundi, le mercure refuse de fléchir. Il avoisine les - 25 °C. Jeudi, il a fait - 33,9 °C sur la capitale, une nouvelle marque pour un 2 janvier. La température ressentie était de - 40 °C avec le refroidissement éolien. L'ancien record de - 29 °C datait de 1968. Ça devrait être tout aussi frette vendredi et samedi avec des minimums autour de - 30 °C.
Un mercure plus clément est attendu à compter de dimanche. Il pourrait même atteindre le point de congélation lundi. Avec ce réchauffement viendra la neige. M. Cantin indique que la dépression qui s'avance est «assez importante». Il est toujours hasardeux de fixer des quantités à long terme. Cependant, les observations du météorologue lui permettent d'avancer des quantités qui pourraient dépasser 15 centimètres. 
Les données peuvent différer selon les modèles météo utilisés. Par exemple, le site Web de MétéoMédia évoque la possibilité d'une accumulation totale pouvant atteindre 30 centimètres dimanche et lundi.
Mardi le «cercle neige-froid» reprend. Une autre vague de froid, quoique moins intense que celle qui sévit, devrait s'abattre sur le Québec pour le reste de la prochaine semaine. 
Prudence sur les routes
Avec ce froid intense, Transports Québec rapporte depuis jeudi plusieurs tronçons de route glacés ou enneigés, notamment sur la Côte-Nord et en Beauce. Évidemment, l'adhérence est moindre, il vaut donc mieux diminuer sa vitesse.
Il rappelle aussi aux automobilistes qu'il est prudent de se munir d'une trousse de survie pouvant leur être utile en cas de panne. Cette trousse devrait notamment contenir une pelle, une couverture, des allumettes, des bougies, une lampe de poche et des fusées routières d'urgence. 
Bilan décembre
Janvier reprend simplement là où décembre avait cessé. Le mois dernier, la température moyenne était de - 11,9 °C, soit 3 °C sous la normale de - 8,9 °C. Toutefois, c'est encore loin du record moyen de -17,2 °C enregistré en 1990. 
Au chapitre des précipitations, il est tombé 95 cm de neige, alors que la normale pour décembre est de 75,4 cm. Encore là, cette quantité ne bat pas le record de 163 cm reçus en 1973.
Au moins, le temps froid aura permis de recevoir peu de pluie. Il est tombé seulement 5,6 millimètres d'eau alors que la normale est de 29,4 millimètres.  Avec La Presse Canadienne
De la place pour tous
Avec - 30 °C, personne ne voudrait passer la nuit dehors. À Québec, les sans-abri peuvent trouver refuge dans divers établissements dont la Maison de Lauberivière. Le directeur général, Éric Boulay, a confirmé au Soleil que le nombre de lits disponibles pour répondre à la demande est actuellement suffisant. «À peu près la moitié de notre soixantaine de lits était occupée dans la nuit du 1er au 2 janvier.» D'autres établissements comme l'Armée du Salut offrent aussi l'hébergement à court terme. Si l'un ou l'autre devait afficher complet, les itinérants sont dirigés vers une autre ressource. M. Boulay précise que le phénomène de débordement survient surtout en novembre lorsque les premiers froids arrivent.
La Garde côtière sollicitée
Froid intense est aussi synonyme de formation de glace sur le fleuve. «À Matane, le couvert de glace est de 100 %. Il est entre 70 et 100 % à Québec et de 90 % à 100 % dans le secteur du lac Saint-Pierre à Trois-Rivières», énumère Nathalie Letendre, porte-parole de la Garde côtière. Au cours des derniers jours, les quatre brise-glaces de la Garde côtière qui sillonnent le Saint-Laurent doivent répondre à une demande accrue d'assistance pour aider les navires à se frayer un chemin à travers le couvert de glace. D'ailleurs, le traversier Camille-Marcoux, qui fait la liaison Matane-Baie-Comeau-Godbout, est demeuré prisonnier des glaces le 31 décembre en fin d'après-midi à l'approche de Matane. La quarantaine de passagers ont pu débarquer seulement au milieu de la nuit. Malgré la présence marquée de glace à certains endroits, le couvert est dans la moyenne des 30 dernières années, souligne la porte-parole.