Les derniers forages de Pétrolia en Gaspésie remontent à l'été 2012, sur sa propriété de Bourque, entre Grande-Vallée et Murdochville.

Forage de Pétrolia à Gaspé: le maire Côté critiqué par des opposants

Des opposants au pétrole à Gaspé reprochent au maire Daniel Côté de manquer de détermination pour empêcher Pétrolia de forer le puits Haldimand n° 4, prévu à 350 mètres de maisons. M. Côté répète qu'il n'abrogera pas son règlement, mais laissera le soin à ses inspecteurs de décider si, oui ou non, le forage est susceptible d'altérer la qualité de l'eau potable.
«On est très inquiets, lance la présidente du comité Ensemble pour l'avenir durable du grand Gaspé, Lise Chartrand. On habite à côté [du futur forage] et on commence à en avoir assez. Nos membres ont l'impression que la Ville, qui a mis beaucoup d'énergie dans ce dossier, cherche un moyen de ne plus le porter.»
Le comité brandit un avis professionnel de la firme Savaria Experts, qui fait état de risques potentiels pour la santé humaine et recommande de procéder à une évaluation quantifiée du risque toxicologique avant le forage.
Le règlement de Gaspé, adopté en décembre 2012 sous l'ex-maire François Roussy, interdit «d'introduire [...] par forage ou par tout autre procédé [...] toute substance susceptible d'altérer la qualité de l'eau souterraine». L'interdiction vaut dans un rayon de deux kilomètres de tout puits artésien. Elle a pour effet d'empêcher le forage d'Haldimand n° 4, à 850 mètres du puits le plus proche.
«On a mis un règlement en place. On veut qu'il soit respecté tant qu'il ne sera pas cassé en Cour d'appel ou que l'adoption d'un règlement provincial ne le rend pas inopérant», répète le maire Côté.
Toutefois, plusieurs ont sursauté en l'entendant dire que Pétrolia peut respecter le règlement municipal. Comment? «Il s'agit qu'ils n'injectent pas de substance susceptible d'altérer la qualité de l'eau potable. [...] L'application du règlement n'est pas politique, ajoute le maire Côté. Elle relève des inspecteurs municipaux.»
«risques minimes»
«On a une étude indépendante [celle de l'INRS, présentée le 22 mai] qui dit que les risques de contaminer la nappe phréatique sont minimes, indique M. Côté. C'est un élément intéressant à regarder dans l'application du règlement.»
La liste d'ingrédients des fluides de forage, publiée par Pétrolia en février 2013, avait confirmé les craintes du maire Roussy à l'époque. Elle n'a pas changé, selon le maire Côté, qui a rencontré le nouveau président-directeur général de Pétrolia, Alexandre Gagnon, le 9 juin.
Pétrolia vise «l'été» pour forer Haldimand n° 4, affirme M. Gagnon en entrevue avec Le Soleil. Comme la Ville de Gaspé, il espère qu'un règlement provincial viendra bientôt remplacer celui de Gaspé. Sinon, le pdg souhaite «s'entendre avec la Ville», le processus judiciaire étant le dernier recours. Les travaux de forage à Haldimand n° 4 totaliseront 7,5 millions $ s'ils se réalisent.
Junex aussi
Par ailleurs, Junex réalisera un forage horizontal sur sa propriété de Galt, à 20 kilomètres à l'ouest de Gaspé, des travaux de 3 à 4 millions $ qui auront lieu à la fin de l'été ou au début de l'automne, a annoncé la firme. Junex a demandé un permis pour un second forage horizontal et souhaite en faire deux autres d'ici trois ans, pour un total de quatre.
La Ville de Gaspé n'a jamais soulevé d'objections aux travaux sur la propriété de Galt, à cause de son éloignement des résidences.