Un travailleur d'Hydro-Québec s'affaire à rétablir le courant dans la municipalité de Hudson, à l'ouest de Montréal, samedi.

Encore des milliers d’abonnés sans courant dimanche

MONTRÉAL - Des milliers de clients d’Hydro-Québec sont toujours privés d’électricité, certains depuis vendredi soir, alors que 150 équipes de la société d’État s’affairent à réparer les bris.

À 10h dimanche matin, environ 19 500 abonnés n’avaient pas encore recouvré l’électricité, principalement en Montérégie, en Estrie, en Outaouais, dans Lanaudière et dans les Laurentides.

Au plus fort des pannes, dans la nuit de vendredi à samedi, plus de 275 000 clients n’avaient pas le courant.

En raison de la répartition des pannes dans de nombreuses régions, les délais sont plus longs avant de pouvoir rétablir le service.

Hydro-Québec explique que les interventions sont parfois complexes, en raison de branches ou d’arbres tombés sur le réseau, qui doit d’abord être libéré pour permettre les réparations.

La plupart des abonnés devraient retrouver le service dans la journée de dimanche, mais certains devront peut-être patienter jusqu’à lundi, précise la société d’État.

Fortes rafales 

Les vents violents qui ont soufflé jusqu'à 100 km/h sur le Québec au cours de la nuit de samedi ont provoqué des dégâts et de multiples pannes d'électricité, particulièrement dans les régions au sud de la province.

En fin de journée samedi, on dénombrait encore environ 1220 pannes sur le réseau électrique d'Hydro-Québec. Le nombre de clients privés de courant avait toutefois chuté de manière importante, passant de 162 000 en matinée à quelque 65 000 en début de soirée.

Selon Hydro-Québec, la Montérégie est la région qui a subi le plus de dommages, alors qu'environ le quart de toutes les pannes d'électricité y ont été répertoriées.

Ce qui complique la tâche pour les équipes d'intervention de la société d'État, c'est que les bris sur le réseau sont éparpillées partout, et à plus forte concentration dans les secteurs de Longueuil, Brome-Missisquoi, Vaudreuil-Soulanges, Haut-Saint-Laurent, Roussillon et Haut-Richelieu.

La Sûreté du Québec (SQ) fait état elle aussi de dégâts causés par les fortes rafales dans ces secteurs de la Montérégie. D'après le porte-parole de la SQ, le sergent Stéphane Tremblay, plusieurs appels ont été reçus pour des vents violents qui ont entraîné des multiples bris de branches d'arbres et des pannes d'électricité.

Des fermetures de routes temporaires ont été nécessaires pour permettre de retirer des branches tombées sur la chaussée, mais on ne rapporte aucun blessé grave, ni dommage majeur.

Les régions de Montréal, de l'Outaouais, des Laurentides, de l'Estrie, de Lanaudière, et de Chaudière-Appalaches étaient aussi fortement touchées.

Sur l'île de Montréal, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) dit ne pas avoir été informé d'incidents relativement aux conditions météorologiques. Toutefois, le Service de sécurité incendie de Montréal a connu une nuit occupée, alors que le volume d'appel a plus que doublé.

Le chef aux opérations, Benoit Martel, mentionne que le service d'incendies traite en moyenne 100 à 150 appels lors d'un quart de nuit. Dans la nuit de vendredi à samedi, ce sont plus de 350 appels qui ont été faits aux services d'urgence. Ces appels portaient surtout sur des risques liés aux structures.

«Des gens s'inquiétaient pour des murs de brique qui menacent de s'écrouler ou d'échafaudages qui pourraient tomber avec le vent», a décrit Benoit Martel, précisant que les appels provenaient d'un peu partout sur le territoire de l'île de Montréal.

Malgré l'important volume d'appels, les pompiers ont été en mesure de répondre, sans recourir à des effectifs supplémentaires.

Délais de rétablissement inconnus

En raison du grand nombre de pannes simultanées, ainsi que de leur répartition dans de nombreuses régions du Québec, Hydro-Québec s'attend à «des délais plus longs» avant de pouvoir rétablir le service d'électricité.

«Ça s'étend sur plusieurs territoires et c'est là toute la difficulté d'intervention. Les pannes sont éparpillées vraiment partout et les interventions sont très complexes et longues. Il y a énormément de végétation tombée sur le réseau et nos équipes sur place doivent libérer le réseau avant de remettre le service», a expliqué Nadine Jeannotte, conseillère en relations avec le milieu chez Hydro-Québec.

Un autre problème qui rallonge les délais : l'Ontario et les États américains voisins ont aussi été victimes des vents violents et doivent réparer leur réseau électrique.

«Nos voisins de l'Ontario et du Sud ont également été touchés et nous demandaient des renforts. Tout le monde est un peu laissé à soi-même pour venir à bout des nombreuses pannes qui sévissent», a souligné Mme Jeannotte.

Comme la société d'État ne sait pas combien de temps pourraient durer les pannes, on conseille à la population privée de courant de prendre les mesures nécessaires pour préserver leur nourriture.

«On comprend que ce sont des désagréments importants pour les gens, mais malheureusement c'est une situation hors de notre contrôle», a reconnu la conseillère en relations avec le milieu.