En route pour le Grand Nord!

Les 80 membres d'équipage et scientifiques de l'Amundsen ont quitté le port de Québec vendredi après-midi pour un périple de 125 jours en Arctique.
Lors de cette 12e mission estivale depuis 2003, le brise-glace de la Garde côtière canadienne s'intéressera plus particulièrement à l'éclosion printanière du plancton végétal, lors du retrait de la banquise.
Comme nouveauté cette année, un abri a été construit pour l'échantillonneur d'eau, l'instrument avec lequel les scientifiques travaillent 65 % du temps, explique Louis Fortier, scientifique en chef de l'Amundsen.
En visite avec des représentants des médias à bord, M. Fortier a expliqué que le navire avait aussi pour mission de cartographier l'Arctique, question de bien guider le trafic maritime de plus en plus actif dans cette zone. Chaque année, l'Amundsen emprunte un chemin différent pour pouvoir le faire. «On a 10 % de la surface qu'on veut cartographier de fait», explique M. Fortier.
Le professeur de l'Université Laval se réjouit que les missions de l'Amundsen puissent se poursuivre d'année en année, car plus le temps passe, plus les «données temporelles» sont précieuses. Si les scientifiques arrivent à déterminer à quel rythme le Grand Nord se réchauffe, ils pourront aussi prédire à quel rythme le climat du sud du Québec se réchauffera et quel degré de préparation les populations devront avoir.