Le maire de Sainte-Anne-de-Beaupré, Jean-Luc Fortin

Eau potable à Sainte-Anne-de-Beaupré: le ministre Moreau ne fléchit pas

Le ministre Pierre Moreau a mis le couvercle sur les espoirs du maire de Sainte-Anne-de-Beaupré qui aimerait voir une autre solution que d'être obligé de raccorder son réseau d'eau potable à celui de sa voisine, Beaupré.
«Il n'y a rien d'autre sur la table qu'un branchement entre Sainte-Anne-de-Beaupré et la Ville de Beaupré», a tranché le ministre des Affaires municipales en mêlée de presse lundi après-midi.
Le 3 juin, le maire Jean-Luc Fortin a appris que le gouvernement libéral lui retirait une subvention de 9 millions $ pour financer une usine avec approvisionnement d'eau dans la rivière aux Chiens.
Le ministre Moreau lui indiquait alors par lettre que son gouvernement souhaitait plutôt un raccordement au réseau de la municipalité voisine, Beaupré. Le ministère évalue le projet à 3,5 millions $ moins cher et le juge davantage «sécuritaire».
Le 8 juillet, le maire de Sainte-Anne-de-Beaupré avait convoqué la presse pour dire à quel point il est «assommé» et «outré» par cette décision.
Mais lundi après-midi, voilà que Jean-Luc Fortin se disait maintenant convaincu de trouver une solution alors qu'une rencontre entre des représentants du ministère et son administration est prévue «début août».
Trouver «un point de rencontre»
«On va trouver la meilleure solution possible. Je vais attendre de voir ce qu'ils ont à proposer. On va essayer de proposer un point de rencontre», a dit M. Fortin au Soleil
Or, à peine deux heures plus tard, le ministre Moreau est resté inflexible. 
«Il y a déjà eu des rencontres avec la municipalité et je pense que la conclusion s'impose, a-t-il tranché. Je ne vois pas pourquoi, lorsqu'on est gestionnaire des deniers publics, on tiendrait à avoir un projet qui va coûter plus cher pour arriver à des résultats qui sont plus incertains que de se brancher avec la municipalité voisine», a-t-il affirmé.
Ces 3,5 millions $ d'économies, a dit le ministre, pourront être investis dans d'autres infrastructures à Sainte-Anne-de-Beaupré ou partout ailleurs au Québec. «Ce n'est pas les idées qui manquent.»
Quant aux rencontres auxquelles a fait allusion le maire Fortin, il s'agirait davantage de «rencontres techniques», selon le ministre.