Bien qu'il semble impressionnant, le nombre de 10 millions de contenants ne représente toutefois qu'une augmentation de 1 % du taux de récupération au Québec.

Dix millions de contenants consignés de plus seront recyclés chaque année

Dix millions de contenants consignés de plus seront récupérés annuellement, estime-t-on, en raison du succès de la campagne publicitaire Moi?. Ce chiffre impressionnant ne représente toutefois qu'une augmentation de 1 % du taux de récupération au Québec, si bien que 400 millions de bouteilles et de cannettes se retrouvent toujours, chaque année, dans la nature ou au centre d'enfouissement.
Ce 1 % d'augmentation peut paraître bien peu pour une campagne multimédia qui a coûté plusieurs «centaines de milliers de dollars». Mais chez Boissons gazeuses environnement (BGE), l'organisme de l'industrie qui administre la consigne, on s'en contente. «Les boissons énergisantes ne sont récupérées que dans une proportion de 22 %. Sans ça, notre taux global serait resté sensiblement le même ces dernières années. Alors ce 1 % de récupération de plus va au moins contrer (en partie) cet effet négatif», explique Normand Bisson, directeur des finances et des opérations chez BGE.
Comme Le Soleil le révélait dernièrement, le taux global de récupération des contenants consignés a chuté de 8 % en quatre ans. La campagne conjointe de BGE et Recyc-Québec vise à promouvoir et à maximiser la récupération des bouteilles et cannettes consignées en invitant compagnies et organismes à installer des boîtes de récupération. Depuis la mi-janvier, 10 000 de ces boîtes ont été installées.
En se basant sur une campagne précédente, on évalue à 10 millions le nombre de contenants qui reprendront le chemin de la consigne, ce qui générera des revenus de 500 000 $ pour les entreprises participantes.
La décomposition d'une bouteille de plastique ou d'aluminium peut prendre jusqu'à 400 ans.