Les installations de Cliffs Natural Resources à Pointe-Noire, près de Sept-Îles

Déversement de mazout à Sept-îles: des preuves d'infraction

Les causes du déversement de quelque 450 000 litres de mazout lourd aux installations de la minière Cliffs Natural Resources, dont 5000 litres ont fui dans la baie de Sept-Îles en septembre, seront bientôt éclaircies. Le Soleil a appris que le ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs (MDDEFP) a terminé son enquête sur les incidents.
Le document se trouve maintenant sur le bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP). Le Ministère est persuadé avoir fait la démonstration que le géant minier a commis une infraction en vertu de la Loi sur la qualité de l'environnement. «Ce sont des procédures normales», a fait valoir le porte-parole du MDDEFP, Frédéric Fournier. «À notre avis, nous avons démontré hors de tout doute qu'il y a eu infraction.»
Pour l'heure, impossible de connaître les conclusions de l'enquête, qui a été finalisée le 6 mars, pour ne pas «nuire au processus judiciaire». La minière explique ne pas avoir été informée que le MDDEFP avait finalisé son rapport. «Toute l'information qu'on avait, nous leur avons transmise», a indiqué la porte-parole de Cliffs, Arlène Beaudin. «Comme nous sommes toujours sous enquête, nous ne pourrons pas fournir plus de détails.»
Vaste nettoyage
L'important déversement a entraîné une vaste opération de nettoyage de plusieurs semaines qui aura coûté pas moins de 18 millions $ à la société américaine. La minière confirme d'ailleurs que le grand ménage a bel et bien été fait. L'entreprise planche actuellement sur la planification de ses travaux de suivi et de reconstruction. Cliffs prévoit notamment rendre imperméables ses digues et ses bassins de rétention, pour se conformer aux normes environnementales.
Deux autres déversements de mazout, d'une ampleur beaucoup moins importante, sont survenus chez Cliffs Natural Resources, en février. Les incidents, qui ont totalisé des fuites d'environ 3500 litres, seraient liés à des problèmes de surpression de la tuyauterie du système de chauffage de l'usine de bouletage, mise en veilleuse en juin 2013. Cliffs annonce d'ailleurs que ce réseau sera fermé sous peu.
Pour ces deux déversements, le Ministère confirme que la totalité du mazout a été récupérée et qu'en aucun cas, les fuites n'ont atteint la baie de Sept-Îles. Pour un des événements, un avis de non-conformité au Règlement sur les matières dangereuses a été diffusé par Québec.