Le maire de Montréal Denis Coderre s'est rendu sur le terrain jeudi pour voir comment se déroulait le déversement.

Déversement à Montréal: l'eau de Québec surveillée

Depuis le début du déversement de 8 milliards de litres d'eaux usées à Montréal, la Ville de Québec a augmenté le nombre de tests sur la qualité de l'eau à son usine de filtration de Sainte-Foy.
«Il y a des tests automatiques aux minute», a illustré le maire de Québec, Régis Labeaume. «Et les dernières informations qu'on a est qu'il n'y a aucun impact», a-t-il indiqué en mêlée de presse jeudi.
Les tests, dit-il, vont se poursuivre plusieurs jours après la fin du déversement. «On va continuer pour être sûrs.» Ce nombre multiplié de coups de sonde sur la qualité de l'eau fleuve à la hauteur de la capitale avait été annoncé le 5 octobre, au moment où Montréal devait initialement mettre à exécution son plan de grand déversement.
«On ne s'attend à aucune modification à la qualité de l'eau à Québec», avait alors assuré le directeur de la Division de la qualité de l'eau à la Ville de Québec, François Proulx accompagné du directeur adjoint au développement durable de la Ville, Gilles Dufour. M. Proulx avait expliqué que les matières en suspension dans ce colossal volume d'eaux usées déversées seront «en grande partie totalement décantées» à la hauteur du lac Saint-Pierre, en Mauricie. Québec avait tout de même promis d'être vigilante.