Le marécage de Grondines

Deux nouveaux sites naturels protégés dans la région

La région de Québec voit naître deux nouveaux sites naturels protégés. La pointe Argentenay, à Saint-François-de-l'Île-d'Orléans, et le marécage de Grondines ont été acquis par Conservation de la nature Canada (CNC). Au total, ce sont 21 hectares de milieux protégés qui s'ajoutent aux 3000 autres milieux insulaires et riverains déjà conservés par CNC.
Joyau naturel reconnu pour son écosystème forestier d'une grande rareté, les 14,5 hectares de la pointe Argentenay, située à l'extrême est de l'Île d'Orléans dans la municipalité de Saint-François-de-l'Île-d'Orléans, sont désormais protégés. «Les battures herbacées adjacentes dans le fleuve offrent une halte migratoire importante pour la sauvagine migratrice», peut-on lire dans le communiqué de CNC. La flore aussi est riche et diversifiée. 
«Nous sommes très satisfaits. [...] On sait que ça va être conservé», s'est réjouit la mairesse de la municipalité, Lina Labbé. Elle précise que CNC était en contact avec la municipalité depuis plusieurs années pour faire de la pointe Argentenay un milieu protégé. Ainsi, cette nouvelle n'était guère une surprise. 
À Grondines, le maire Gaston Arcand non plus n'était pas surpris de cette annonce. «C'est une excellente nouvelle. Ça faisait longtemps qu'on travaille là-dessus», a-t-il indiqué au Soleil. 
Le marécage, qui s'étend sur 7 km de rive, est un des derniers marécages de grande étendue en bordure du fleuve Saint-Laurent. Les nouveaux 6,5 hectares d'aire protégée s'ajoutent aux trente autres déjà conservés à proximité. Ce vaste terrain est composé d'une forêt riveraine et d'une zone désignée comme aire de concentration d'oiseaux aquatiques. 
Depuis 2008, CNC travaille à la réalisation d'un projet de restauration et de mise en valeur que souhaite poursuivre le maire Arcand. «C'est de plus en plus recherché ce genre de site-là», a-t-il fait savoir, espérant attirer plus de visiteurs qui se préoccupent de l'environnement. La municipalité entend d'ailleurs aménager davantage le secteur, où un sentier d'interprétation amène déjà les promeneurs de l'Église historique de Grondines jusqu'à la rive du Saint-Laurent.