Située sous le pont ferroviaire de Cap-Rouge, Anacolor fait de la peinture de pièce métallique depuis 40 ans. Cependant, à la suite d'une augmentation de la production, à la fin de 2012, le voisinage a multiplié les plaintes à l'Environnement, qui a documenté plusieurs infractions aux normes pour la qualité de l'air.

Contamination de l'air à l'école Marguerite-D'Youville: aucun danger, selon Anacolor

Sans nier que des odeurs de peinture puissent avoir été perçues, le vice-président d'Anacolor, Richard Leblanc, est catégorique : il est impossible que les normes sur la qualité de l'air aient été enfreintes à l'école Marguerite-d'Youville à cause des activités de son usine. L'entreprise prend des échantillons d'air chaque jour en plusieurs points du quartier depuis 2015 et les concentrations de polluants observées à proximité de l'école écartent toute possibilité de dépassement des normes environnementales, insiste-t-il.
«On travaille là-dessus [des dépassements de normes constatés à plusieurs reprises par le ministère de l'Environnement, aux abords de l'usine], mais ce n'est pas vrai qu'ils ont ce problème-là à l'école. C'est pour ça que ça nous a un peu ébranlés [que la Santé publique recommande à l'école et au service de garde voisins, la semaine dernière, de garder les enfants à l'intérieur lorsque les odeurs de peinture se font persistantes]», indique M. Leblanc.
Située sous le pont ferroviaire de Cap-Rouge, Anacolor fait de la peinture de pièce métallique depuis 40 ans. Cependant, à la suite d'une augmentation de la production, à la fin de 2012, le voisinage a multiplié les plaintes à l'Environnement, qui a documenté plusieurs infractions aux normes pour la qualité de l'air. Les produits en cause appartiennent à la «famille chimique» des composés organiques volatils (COV), utilisés comme solvants par l'industrie de la peinture. Dans un rapport de mars dernier, la Santé publique a jugé que les concentrations dans l'air n'étaient pas suffisantes pour être toxiques, mais qu'elles pouvaient provoquer des inconforts bien réels, comme des nausées et des maux de tête. La semaine dernière, cependant, cette même Santé publique a émis un avis conseillant à l'école Marguerite-d'Youville et au CPE Polichinelle, non loin de l'usine, de garder les enfants à l'intérieur les jours où les odeurs étaient plus fortes. L'Environnement exige également que l'usine réduise ses émissions de 90 % d'ici janvier, faute de quoi elle devra cesser ses activités - une exigence qu'Anacolor conteste devant les tribunaux.
Loin de dépasser la norme
Cependant, souligne M. Leblanc, les fonctionnaires ont toujours pris leurs échantillons d'air juste à la limite du terrain de l'usine alors que l'école est située à environ 350 mètres de là et le CPE, encore plus loin. Anacolor a installé en juin des capteurs tout près de l'école et de la garderie - en plus d'en avoir à huit autres endroits. Ils prennent 10 mesures de 30 secondes par jour et sont relevés quotidiennement par un ingénieur junior qui travaille chez Anacolor.
Ces instruments, concède M. Leblanc, ne mesurent que les composés organiques volatils «totaux» et ne peuvent pas en distinguer toutes les sortes (toluène, xylènes, etc.). Mais de toute manière, dit-il, aux abords de l'église, de l'école et du CPE, les COV, même tous additionnés, n'ont jamais dépassé la norme la plus basse pour des COV spécifiques, soit ceux pour les xylènes, à 350 microgrammes par mètre cube d'air.
«Alors je ne dis pas qu'il n'y a pas des odeurs des fois, mais il n'y a pas de dangerosité», conclut M. Leblanc, qui est ingénieur et responsable de la technique de l'usine. 
Notons qu'en consultant les résultats d'Anacolor, Le Soleil a constaté que les concentrations sont nettement plus élevées à l'arrière de l'usine qu'à l'avant. Cela pourrait en principe suggérer que la pollution part dans cette direction - donc la même que celle de l'école -, mais M. Leblanc assure qu'il n'en est rien.
«La direction des vents, dans les lectures qu'on a, c'est pas mal moitié-moitié vers le nord [en direction de l'école] et vers le sud, dit-il. Si les mesures sont plus fortes à l'arrière, c'est parce que les cheminées sont situées à l'arrière, proche du tracel.»