Compostage à Québec: la fin du projet-pilote pour économiser 116 500$

La Ville de Québec met fin au projet-pilote de collecte des restes de table de 3800 résidences pour une question d'économie, soit une épargne de 116 500$ par an jusqu'à la mise sur pied d'une collecte généralisée quand l'usine de biométhanisation entrera en service en 2016.
«Il n'y avait pas vraiment de raison budgétaire», a d'abord répondu le conseiller municipal responsable de l'environnement, Steeve Verret, vendredi. Mais du même souffle, il ne cache pas que ce 116 500$ épargné permettra d'être «investi ailleurs», notamment pour «bonifier notre usine de biométhanisation».
«Pour l'instant, on n'avait plus de plus-value au projet. Si on regarde le gaz à effet de serre pour transporter 300 tonnes à Saint-Henri-de-Lévis», a-t-il expliqué. C'est là que Québec envoie ses matières compostables jusqu'à la mise en marche de l'usine prévue en 2016.
M. Verret indique aussi que les sommes économisées serviront à un autre projet environnemental sur lequel il promet plus de détails sous peu. «On rebrasse les cartes pour faire différemment», a-t-il justifié.
Mardi, la Ville de Québec a annoncé qu'elle mettait fin à son projet pilote de collecte de 300 tonnes de matières compostables dans 3800 résidences. Elle maintient toutefois le programme dans les commerces et le secteur industriel qui, lui, a coûté 550 731$ en 2012. Les deux projets pilotes combinés ont totalisé un investissement de 2,8 millions$ depuis cinq ans. Le volet résidentiel a coûté 638 366$ depuis 2007.
Dans Le Soleil de mercredi, un citoyen déplorait la fin du projet pilote résidentiel qui, à ses yeux, avait tout pour devenir permanent.
Jeudi, Les AmiEs de la Terre de Québec a aussi dénoncé l'arrêt de ce programme. L'organisme écologiste estime que la Ville aurait dû conserver cette habitude mise progressivement en place en attendant le compostage à grand déploiement. Il se réjouit toutefois du maintien, annoncé dans Le Soleil de jeudi, de l'entente de gestion par la Ville avec les organismes Craque-Bitume et le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste de neuf sites de compostage communautaires. Cette entente est d'une valeur d'environ 25 000$.