Le gouvernement Trudeau s’est engagé en 2015 dans le cadre de l’accord de Paris sur le climat à réduire ses émissions de gaz à effet de serre (GES) de 30% sous les niveaux de 2005, d’ici 2030.

Changements climatiques: le Canada est incohérent, dit un économiste

OTTAWA - Le Canada doit cesser de favoriser la construction d’oléoducs, selon l’économiste de renommée internationale Jeffrey Sachs, pour qui l’approche canadienne en matière de lutte contre les changements climatiques manque de cohérence.

La Presse canadienne s’est entretenue avec le professeur de l’Université Columbia, qui dirige également le Réseau de solutions pour le développement durable de l’ONU, lors de son passage à l’Université d’Ottawa, mercredi.

Jeffrey Sachs soutient que le Canada doit carrément cesser l’exportation de pétrole provenant des sables bitumineux, une source d’énergie qu’il qualifie de «dangereuse pour la planète». Ces énergies fossiles n’ont aucun rôle à jouer dans la transition vers des énergies renouvelables, selon lui.

En 2016, environ 3,1 millions de barils de pétrole brut par jour ont été exportés du Canada majoritairement vers les États-Unis, selon le ministère des Ressources naturelles.

Le gouvernement Trudeau s’est engagé en 2015 dans le cadre de l’accord de Paris sur le climat à réduire ses émissions de gaz à effet de serre (GES) de 30% sous les niveaux de 2005, d’ici 2030.

Une cible qui semble difficile à atteindre, selon un récent rapport de la commissaire à l’environnement, puisque plusieurs provinces n’ont pas de plan précis pour y parvenir.