Le maire de Ristigouche-Partie-Sud-Est, François Boulay

Campagne de Ristigouche: déjà 23 000 $ amassés

L'appel de Ristigouche-Partie-Sud-Est semble avoir été entendu par les Québécois. Jeudi, la municipalité avait amassé plus de 23 000 $ en dons, deux jours après avoir lancé sa campagne.
«On a énormément de commentaires et de support par Facebook et Twitter. Et ça commence seulement», indique le maire François Boulay.
La municipalité veut recueillir 225 000 $ pour assurer sa défense contre Gastem, qui lui réclame 1,5 million $ en dommages. L'an dernier, la firme d'exploration gazière et pétrolière se préparait à forer quand Ristigouche a adopté un règlement de protection de son eau potable qui l'en empêchait.
Le maire François Boulay fait valoir que sa municipalité, avec 168 habitants et 275 000 $ de budget annuel, n'a pas les moyens de se défendre. Jusqu'ici, la Mutuelle des municipalités du Québec, qui assure Ristigouche, a refusé de couvrir les frais de défense. «Ils invoquent une clause d'exclusion parce qu'on est accusés de mauvaise foi par Gastem. Mais on n'a pas été reconnus coupables!» se désole M. Boulay, qui garde espoir de faire changer la Mutuelle d'idée.
Le président de la Fédération québécoise des municipalités (FQM), Richard Lehoux, demande aux ministres Pierre Moreau (Affaires municipales) et David Heurtel (Environnement) de rencontrer le maire de Ristigouche pour «trouver des solutions à cette poursuite».
M. Lehoux hésite à prendre fait et cause pour Ristigouche sur le fond du litige. «Je ne peux pas m'avancer à commenter ce que Ristigouche ou Gastem ont fait. Je veux en savoir plus avant.»
La FQM examinera si son Fonds de défense des intérêts des municipalités peut venir en aide à Ristigouche, ajoute le président.
M. Lehoux, qui est aussi vice-président de la Mutuelle des municipalités du Québec, refuse de se mêler de cet aspect. «Ce n'est pas au vice-président de dire si on doit donner suite à la demande d'un assuré», dit-il.
Quant à l'Union des municipalités du Québec, son porte-parole François Sormany a qualifié la campagne de Ristigouche de «tout à fait légitime».