Les travaux de forage exploratoire de l'entreprise albertaine sont arrêtés depuis qu'un tribunal a ordonné leur suspension jusqu'au 15 octobre, afin de protéger les bélugas.

Cacouna: la pétition compte déjà 35 000 signatures

Alors que TransCanada Pipelines n'a toujours pas obtenu la permission de reprendre ses travaux exploratoires dans le fleuve Saint-Laurent, à Cacouna, la pétition dénonçant le projet de port pétrolier de l'entreprise recueille de nombreuses signatures.
Plus de 35 000 personnes ont déjà signé la pétition en ligne «sauvonsnosbelugas», lancée par Nature Québec.
La pétition adressée au premier ministre Philippe Couillard l'invite à mettre fin définitivement aux forages au large de Cacouna.
Le directeur général de Nature Québec, Christian Simard, clame que le gouvernement du Québec et TransCanada sont en train de perpétrer un «crime contre la biodiversité», en plein coeur de la «pouponnière» du béluga, une espèce menacée.
La population de bélugas compterait aujourd'hui moins de 880 individus, alors qu'ils étaient 10 000 au début du siècle dernier.
Nature Québec croit que le projet d'un terminal de transbordement pétrolier est nuisible non seulement pour l'environnement mais aussi pour la lutte contre les changements climatiques