La carcasse d'une baleine s'est échouée sur une plage de la côte ouest de Terre-Neuve.

Baleines noires: Ottawa veut la collaboration de l'industrie maritime et des pêches

Le ministre fédéral des Pêches, Dominic LeBlanc, assure que son gouvernement fait tout en son pouvoir pour assurer le départ sécuritaire des baleines noires du golfe du Saint-Laurent cet automne, et leur retour dans cet habitat l'an prochain.
Lors d'un point de presse jeudi matin à Moncton, au Nouveau-Brunswick, M. LeBlanc a indiqué qu'il travaillait en liaison avec le ministère des Transports pour assurer que l'industrie maritime et celle des pêches collaborent aux efforts visant à protéger les baleines noires de l'Atlantique Nord, une espèce en péril.
Au moins 10 baleines noires sont mortes depuis le début de juin dans le golfe du Saint-Laurent. Les scientifiques tentent toujours de déterminer la cause de cette mortalité, avec des partenaires de plusieurs organismes de défense des espèces marines. Les résultats des nécropsies ne devraient pas être connus avant septembre. Le ministre LeBlanc a indiqué jeudi qu'il espère convoquer un colloque pour entendre toutes les solutions envisagées.
Le ministre a survolé jeudi matin un secteur à l'est de l'île de Miscou, au large du Nouveau-Brunswick, et y a vu un groupe d'une quinzaine de baleines noires «dans cet habitat où la pêche commerciale est fermée».
Par contre, il a aussi vu à son retour vers la côte de Miramichi des bouées - «probablement des cages de crabe ou de homard qui étaient perdues» en mer. Le ministre précise que des officiers de pêche ont été prévenus et viendront enlever ces bouées attachées à des cages.
Selon M. LeBlanc, de 80 à 100 baleines noires se trouveraient actuellement dans le golfe du Saint-Laurent, et les scientifiques espèrent qu'elles retrouveront toutes ce «garde-manger» l'an prochain.
Le ministre a rappelé que les navigateurs avaient été invités à adopter des mesures volontaires, comme réduire leur vitesse à 10 noeuds. Les pêcheurs ont aussi été invités à limiter la quantité de gréements qu'ils laissent à l'eau. Le ministère des Pêches a par ailleurs réduit la durée de la saison de la pêche au crabe, et demandé aux pêcheurs de signaler la présence des baleines noires dans le golfe.
Les baleines risquent surtout de frapper un navire ou de s'empêtrer dans des gréements de pêche. On estime la population totale de baleines noires de l'Atlantique Nord à seulement 500 individus.
Le ministre LeBlanc a rappelé jeudi qu'en vertu de la Loi sur les espèces en péril, le gouvernement canadien a la responsabilité de faire tout ce qu'il peut pour protéger ces baleines noires «qui sont évidemment très menacées».