Après avoir frappé la côté est américiane, Arthur touche maintenant les Maritimes et l'est du Québec.

Arthur frappe la Gaspésie

La tempête Arthur a causé d'importants dommages et plus de 20 000 pannes d'électricité en Gaspésie, samedi. Les vents ont cassé des milliers d'arbres, souvent dans des corridors bien définis, en particulier à Maria et Carleton-sur-Mer, dans la Baie-des-Chaleurs, et dans le secteur de Chandler et Grande-Rivière, plus à l'est.
Les pannes d'électricité ont surtout été signalées à compter du milieu de la matinée. Le courant est revenu en quelques endroits, mais généralement pour faire faux bond de nouveau. À Gaspé, les pannes étaient plus localisées, alors que du côté sud de la péninsule, les pannes constituaient la norme.
À Carleton-sur-Mer, l'anémomètre du camping municipal indiquait 52 noeuds, soit 105 km/h à 11h20, avec des pointes plus élevées à venir. La grande majorité des commerces de cette ville ont fermé leurs portes durant la journée, faute d'électricité. La plupart des gens étaient occupés à compter les arbres tombés, ou à dégager les entrées, parfois des automobiles endommagées par des branches ou des troncs.
«Je n'ai jamais vu ça en 63 ans. À la maison, la plupart de mes arbres sont finis. Ce matin, j'ai presque eu peur», résumait l'épicier Guy Viens, heureux de la décision de son fils d'installer une génératrice il y a quatre ans. Leur supermarché constituait le point de ralliement d'un peu tout le monde samedi.
Des bardeaux de toiture, des revêtements de maison, des enseignes de commerce et des briques du mur extérieur de l'église de Carleton étaient autant d'objets qu'on pouvait voir joncher le sol.
Scènes de désolation
Le long de la mer, au moins deux scènes de désolation retenaient l'attention des passants : les trois yourtes flottantes endommagées du commerçant Raphaël Guité, et le catamaran de bonne taille Taxsea, flottant à l'envers devant l'école de voile. Le vent a fait dériver les yourtes sur quelques centaines de mètres.
Le nombre de fils électriques coupés en raison des branches cassées et des arbres déracinés laissait à penser samedi soir que le rétablissement du courant électrique par Hydro-Québec prendra assurément plusieurs heures, voire plus d'une journée.
Les 20 000 interruptions de service de samedi ont touché principalement les MRC Bonaventure, Avignon, Rocher-Percé et Côte-de-Gaspé. La moitié des pannes de courant étaient localisées dans Bonaventure samedi soir.
En raison des fortes précipitations, Hydro-Québec n'était pas en mesure d'indiquer quand le service serait rétabli. «C'est une tempête en progression, alors ça nous complique vraiment la tâche», a fait savoir un porte-parole, Réjean Savard. «Nos équipes sont à pied d'oeuvre en Gaspésie, mais nous ne sommes pas en mesure de donner un délai de rétablissement de service.»
Des équipes d'Hydro-Québec en provenance d'un peu partout en province ont d'ailleurs été appelées en renfort en Gaspésie afin de donner un coup de main aux équipes locales.
La Sécurité civile s'affairait quant à elle à réparer les dégâts causés par les forts vents samedi soir. «Nous avons de nombreux bris d'arbres et de poteaux, et il faut nettoyer les rues. Les dégâts se trouvent surtout dans la Baie-des-Chaleurs», a commenté un porte-parole de la Direction régionale de la sécurité civile, Hugo Martin.
Les experts de la Sécurité civile gardaient par ailleurs un oeil attentif aux risques de déferlement de vagues. Samedi soir, la montée du niveau des eaux n'avait pas encore causé de dommages. «Nous avons atteint le pic des marées, et le niveau de l'eau est très haut», a précisé Hugo Martin. «Par contre, le niveau est maintenant stable. Nous sommes encore sous alerte, mais on devrait éviter le pire.»
Aucun débordement n'a été signalé, et aucune maison n'a été inondée jusqu'à présent en raison de la tempête tropicale.