L’usine Anacolor de Cap-Rouge a souvent défrayé la manchette au cours des deux dernières années. Les citoyens qui vivent tout près se disent incommodés par les odeurs de peinture persistantes.

Anacolor déménagera bientôt, assure Proulx

L’usine Anacolor de Cap-Rouge déménagera bientôt sur un autre terrain dans la région de Québec, assure Sébastien Proulx, ministre responsable de la Capitale-Nationale.

Interpellé par la députée caquiste Geneviève Guilbault à la période des questions, M. Proulx a indiqué que son gouvernement était «en train de régler ça» et que ce «sera fait assez rapidement». Pas avant le budget du 27 mars, comme le demandait Mme Guilbault, mais au cours des semaines à venir.

«Il faut savoir que l’entreprise a convenu de son déménagement. C’est une chose assumée de leur côté, que des terrains sont déjà identifiés, je laisserai l’entreprise faire les annonces en ce sens et, éventuellement, dans la région de Québec parce qu’il faut aussi relocaliser une main-d’œuvre qui habite très près de ce secteur», a expliqué le ministre Proulx. 

L’heure est maintenant aux négociations avec l’entreprise, car le gouvernement souhaite l’aider financièrement dans son déménagement, mais manque de balises, car ce type d’aide est inhabituelle. 

La ministre de l’Économie Dominique Anglade a précisé qu’elle avait fait appel à «une firme de comptables qui était capable d’évaluer les coûts» associés au déménagement et que celle-ci doit déposer son rapport «dans les prochaines semaines.»

À la suite de ce dépôt, le gouvernement va être «en mesure d’accompagner l’entreprise et de prendre une décision finale quant au déménagement», ajoute Mme Anglade. 

Promesse électorale

La députée Guilbault déplore que rien n’a changé pour les citoyens de Cap-Rouge, cinq mois après que Philippe Couillard ait promis de déménager l’entreprise. «Je rappelle qu’on est rendus à 10 avis de non-conformité et que le gouvernement se traîne les pieds depuis quatre ans dans ce dossier-là.»

Le premier ministre avait fait cette promesse en campagne électorale partielle, dans la circonscription de Louis-Hébert, qui a finalement été ravie par Mme Guilbault, de la Coalition avenir Québec. 

L’usine Anacolor de Cap-Rouge a souvent défrayé la manchette au cours des deux dernières années. Les citoyens qui vivent tout près se disent incommodés par les odeurs de peinture persistantes. Fin février, le comité de liaison entre les citoyens du quartier et Anacolor a éclaté, les citoyens ayant claqué la porte. 

Au début mars, la directrice de l’école primaire Marguerite-­D’Youville, située tout près, a publié une lettre faisant état de son ras-le-bol et du fait que les enfants doivent encore passer des récréations à l’intérieur lorsque les odeurs de peinture sont trop fortes.